Les Américains achètent des armes à tour de bras, craintes d’émeutes

 

Les Américains achètent des armes à tour de bras, craintes d’émeutes 

Les ventes d’armes à feu se sont envolées aux Etats-Unis ces dernières semaines, la pandémie de coronavirus incitant de nombreux Américains à amasser armes et munitions pour se prémunir contre d’éventuelles émeutes.

Le coronavirus dope les ventes d’armes aux Etats-Unis. « Nous avons enregistré une augmentation des ventes d’environ 800% », affirme à l’AFP David Stone, propriétaire d’une armurerie à Tulsa, dans l’Oklahoma. « J’ai encore la plupart des modèles mais je ne vais pas tarder à être à cours », dit-il. Selon M. Stone, la plupart des acheteurs qui se sont précipités chez lui sont des novices en la matière, prêts à prendre n’importe quelle armes en stock. « C’est la peur suscitée par le coronavirus. Moi-même je ne comprends pas et je trouve ça déraisonnable », déclare-t-il.

Plusieurs autres armureries contactées par l’AFP en différentes régions des Etats-Unis disent avoir enregistré un afflux de clients craignant que la crise sanitaire ne se transforme en crise sociale et ne mette leur sécurité en danger. Tiffany Teasdale, propriétaire de Lynnwood Gun dans l’Etat de Washington (nord-ouest), l’un des principaux foyers de coronavirus aux Etats-Unis, a pour la première fois vu des files d’attente se former devant sa boutique, jusqu’à une heure avant l’ouverture des portes.

« Avant, durant les bons jours, on pouvait vendre 20 à 25 armes à feu. Aujourd’hui, on peut atteindre 150 », explique Mme Teasdale, qui a engagé un vigile pour maintenir l’ordre. Selon elle, les fusils et leurs cartouches sont en rupture de stock tout comme les munitions pour armes de poing. « Beaucoup de gens achètent des fusils à pompe, des armes de poing, des AR-15 (fusils semi-automatiques, NDLR), de tout », dit Mme Teasdale, dont le magasin est ouvert sept jours sur sept. Comme son collègue David Stone, la majorité de ses clients achètent une arme pour la première fois. Ils doivent donc passer par une vérification de leurs antécédents et, le cas échéant, être initiés à la manipulation de leur arme.

« On voit des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, tout le monde achète des armes », poursuit l’armurière, soulignant que cette tendance concerne également toutes les origines ethniques ou culturelles. L’un de ses clients lui a dit avoir décidé de s’armer après avoir été témoin d’une altercation virulente entre deux femmes se disputant les dernières bouteilles d’eau dans un magasin. Certains craindraient aussi que les forces de l’ordre, débordées, soient moins présentes.

« Beaucoup de gens ont peur que quelqu’un pénètre chez eux, pour voler de l’argent, leur papier-toilette, leur eau en bouteille, leur nourriture », raconte Mme Teasdale. Nick Silverri, un habitant de l’Utah (ouest), a ainsi déclaré à une télévision locale qu’il avait récemment acheté un fusil pour se protéger « si jamais le Covid-19 fait perdre les pédales aux gens ». Jordan McCormick, directeur du marketing de Delta Team Tactical, fabricant d’armes établi dans l’Utah et qui produit principalement des fusils AR-15, déclare que ses ateliers tournent à plein régime pour satisfaire la demande. « C’est la semaine dernière que c’est vraiment devenu dingue », dit-il, « comme de l’essence versée sur des flammes ».

« Si les gens restent sans travail pendant un moment et commencent à commettre des pillages, les clients veulent pouvoir se protéger ainsi que leurs biens et leur famille », estime-t-il. Selon M. McCormick, des acheteurs ont notamment voulu prendre les devants, craignant que les mesures de confinement contre le coronavirus n’aboutissent à la fermeture des armureries.

Un Etat comme la Californie a décrété que ces commerces n’étaient pas « essentiels » et les a contraints à garder porte close depuis la semaine dernière. Les armureries peuvent toutefois continuer à travailler via internet ou avec des rendez-vous individuels.

 

Source : Capital

par samrevolte Posté dans Autres

Temps révolutionnaires et effondrement systémique – « Le système ne peut pas y faire face »

par Alastair Crooke

Certains se sont demandés comment il était possible que le Président Poutine coopère avec le Président Trump pour que l’OPEP+ fasse grimper les prix du pétrole – alors que ces prix plus élevés ne feraient qu’aider à soutenir la production pétrolière américaine. En effet, il a été demandé au Président Poutine de garantir les subventions à l’économie américaine – au détriment des ventes de pétrole et de gaz de la Russie – puisque la production américaine de schiste n’est tout simplement pas rentable à ces prix. En d’autres termes, la Russie semble s’être tiré une balle dans le pied.

Eh bien, le calcul pour Moscou sur l’opportunité de réduire la production (pour aider Trump) n’a pas été si simple. Il y a eu des considérations géopolitiques et économiques intérieures – ainsi que des considérations industrielles – à prendre en compte. Mais, peut-être qu’une question l’emportait sur toutes les autres ?

Dès 2007, le Président Poutine a mis en avant une menace globale pour le commerce mondial : Et ce problème était tout simplement le dollar américain.

Et maintenant, ce dollar est en crise. Nous ne faisons pas tant référence ici à la crise financière intérieure des États-Unis (bien que la monétisation de la dette américaine soit liée à la menace qui pèse sur le système mondial), mais plutôt à la façon dont le système commercial international est sur le point de s’effondrer, avec de graves conséquences pour tout le monde.

En d’autres termes, le Covid-19 est peut-être le déclencheur, mais c’est le dollar américain – comme le Président Poutine l’a longtemps souligné – qui est à l’origine du problème :

« Nous sommes face à un effondrement des prix des produits de base et du commerce mondial comme nous n’en avons jamais vu depuis les années 1930 », a déclaré Ken Rogoff, l’ancien économiste en chef du FMI, aujourd’hui à l’Université de Harvard. Une avalanche de crises de la dette publique va certainement suivre, a-t-il dit, et « le système ne peut tout simplement pas gérer autant de défaillances et de restructurations en même temps ».

« C’est un peu comme dans les hôpitaux, ils peuvent traiter un certain nombre de patients atteints du Covid-19 mais ils ne peuvent pas les traiter tous en même temps », a-t-il ajouté.

« Plus de 90 pays ont sollicité une aide du FMI – près de la moitié des pays du monde – tandis qu’au moins 60 pays ont cherché à bénéficier des programmes de la Banque Mondiale. Ensemble, les deux institutions disposent de ressources allant jusqu’à 1,2 billion de dollars ».

Pour être clair, ce montant est loin d’être suffisant. Rogoff affirme que 1,2 billion de dollars est une goutte d’eau dans l’océan – pour ce qui nous attend. La santé de l’économie mondiale s’est donc dégradée en une course entre les dollars qui affluent de ce système « auto-organisé complexe » au milieu de la pandémie de coronavirus, et les ressources très limitées du FMI et de la Banque Mondiale.

Simple ? Il suffit d’augmenter le flux de dollars dans le système. Mais whoa là ! Cela signifierait que les États-Unis fourniraient un flux de dollars suffisant pour répondre aux besoins du « reste du monde » – « pendant le plus grand effondrement depuis les années 1930 » ? Il y a 11,9 billions de dollars rien que dans ce pays, plus le flux de dollars nécessaire pour financer le commerce international au jour le jour (généralement sous forme de réserves de change nationales).

Cela ne représente toutefois qu’une fraction du « problème » de la dette, puisqu’une partie de cette dette présente les caractéristiques d’une « monnaie » distincte utilisée dans le commerce international, appelée eurodollars. La plupart du temps (mais pas exclusivement), ils se présentent comme des dollars ordinaires, mais ce qui les distingue, c’est qu’il s’agit de dépôts en dollars à l’étranger qui existent en dehors de la réglementation américaine, dans un sens.

Mais qui – dans l’autre sens – deviennent les outils qui étendent la juridiction américaine (pensons aux sanctions du Trésor), à travers le monde, par l’utilisation du dollar US, comme moyen d’échange. Autrement dit, cet énorme marché de l’eurodollar sert les intérêts géopolitiques de Washington en lui permettant de sanctionner le monde. Le marché de l’eurodollar est donc un outil essentiel pour la « guerre » secrète des États-Unis contre la Chine et la Russie.

Les eurodollars sont apparus (initialement) en Europe au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale (personne ne sait exactement comment) et ont connu une croissance considérable, le système bancaire européen n’ayant fait qu’en créer davantage par voie électronique. Le talon d’Achille est qu’il n’y a pas de Banque Centrale pour lui fournir des dollars en liquidités, car les paiements vers la sphère américaine sont aspirés hors de celle-ci.

Cela se produit surtout en temps de crise, quand il y a une fuite vers le dollar US : c’est un autre système dynamique auto-organisé qui ne peut « croître » que dans les bonnes conditions, mais qui sera sujet à une déconstruction dynamique si trop de dollars lui sont retirés. Et maintenant, avec la pandémie de Covid-19, le marché de l’eurodollar est dans une quasi panique pour des dollars : des dollars en liquidités.

La Fed américaine apporte son aide, à sa propre discrétion, mais principalement en proposant d’échanger d’autres devises contre des dollars et en accordant des prêts à court terme en dollars. Cet « échange pansement » ne peut évidemment pas empêcher une explosion du commerce mondial – de même que la Fed « soutenir » le système financier intérieur américain – en lui injectant des billions de dollars.

Le Président Poutine a vu cette éventualité il y a longtemps, et a prédit l’effondrement final du dollar, en raison du fait que le commerce mondial devient trop important et trop diversifié pour être soutenu sur le dos étroit de la Fed américaine. Et parce que le monde n’est plus prêt à ce que les États-Unis puissent le sanctionner, bon gré mal gré, et à volonté.

Et voici ce moment – très probablement. Ainsi, l’effondrement du prix du pétrole est une pièce de cette histoire beaucoup plus importante. Poutine – ce qui n’est pas si surprenant – a donc coopéré avec l’initiative de l’OPEP de Trump. Poutine ne veut peut-être pas voir l’hégémonie du dollar renouvelée, mais il ne veut pas non plus que la Russie soit considérée comme un contributeur principal à l’effondrement mondial. Le fait que la Chine soit accusée d’être responsable du coronavirus constitue une alerte puissante dans ce contexte.

Il ne s’agit pas – je le souligne – d’un essai sur les eurodollars méconnus. Il porte sur le risque mondial réel. Prenons l’exemple du Moyen-Orient. Le pétrole s’échange actuellement à 17 dollars (vendredi). Aucun modèle économique moyen-oriental d’un État producteur n’est viable à ce niveau de prix. Les « seuils de rentabilité » des budgets nationaux exigent que le prix du pétrole soit au moins trois fois plus élevé, voire plus. Et cela s’ajoute à l’effondrement de l’activité et du tourisme du pôle de transport aérien du Golfe. En outre, les États du Nord sont soumis à de fortes pressions par les sanctions américaines, qui durcissent le garrot des sanctions, alors que le Covid-19 frappe. Le Liban, la Jordanie, la Syrie – et l’Irak. Tous ont des modèles d’affaires nationaux qui sont en faillite. Ils ont tous besoin de renflouements.

Et dans ce sombre tableau, le coronavirus s’est emparé précisément de cette catégorie d’expatriés et de travailleurs migrants qui soutiennent le « mode de vie » du Golfe et son modèle économique. Les ONG parcourent actuellement les Émirats Arabes Unis à la recherche de bâtiments vides, et le Bahreïn réaménage des écoles fermées afin de reloger les travailleurs migrants dans des logements exigus où une chambre avec des lits superposés permettrait de faire dormir une douzaine de travailleurs.

Le virus s’est également propagé dans les quartiers commerciaux des villes à forte densité de population, où de nombreux expatriés partagent leur logement pour économiser sur le loyer. Beaucoup ont perdu leur emploi et sont en difficulté. Les autorités tentent d’expulser les migrants chez eux, mais le Pakistan et l’Inde leur refusent l’entrée immédiate. Ces victimes ont perdu leurs moyens de subsistance et toute chance d’échapper à leur misère.

Juste pour être clair : les élites du Golfe ne sont pas exemptées du Covid-19. Les Saoudiens ont été particulièrement touchés par ce qu’ils appellent parfois le « virus chiite ». La situation devient explosive. Les économies du Golfe sont tenues en haleine par les expatriés, les travailleurs migrants et les aides domestiques, et le coronavirus a bouleversé les piliers de leurs économies.

L’État domine le secteur financier dans le Golfe, ce qui rend les institutions financières particulièrement vulnérables, car la proportion de prêts que les banques locales accordent au gouvernement ou à des entités liées au gouvernement est en hausse depuis 2009. Au fur et à mesure que les autorités s’appuieront sur ces institutions, les économies du Golfe seront plus vulnérables aux tensions sur l’eurodollar – en l’absence de renflouements massifs de la part de la Fed.

L’impact mondial du Covid-19 ne fait que commencer, mais une chose est parfaitement claire : les États du Moyen-Orient auront besoin de beaucoup d’argent à dépenser, juste pour lutter contre le désordre social. Un effondrement économique n’est pas seulement économique. Elle conduit rapidement à un effondrement social qui implique des pillages, des violences aléatoires, des fraudes et une colère populaire dirigée contre les autorités. Le commerce mondial va être durement touché, et les importations américaines vont chuter, ce qui menace l’un des principaux canaux de liquidités en dollars dans le système eurodollar.

Cette crainte d’une destruction dynamique systémique du système commercial a conduit la BRI (Banque des Règlements Internationaux : la Banque Centrale des Banques Centrales) à insister sur ce point : « … la crise actuelle diffère de celle de 2008, et nécessite des politiques qui vont au-delà du secteur bancaire pour atteindre les utilisateurs finaux. Ces entreprises, en particulier celles qui s’inscrivent dans des chaînes d’approvisionnement mondiales, ont constamment besoin de fonds de roulement, en grande partie en dollars. Il est essentiel de préserver le flux des paiements dans ces chaînes si nous voulons éviter un nouvel effondrement économique ».

Il s’agit d’un avertissement véritablement révolutionnaire. La BRI affirme que si la Fed ne met pas massivement à disposition des plans de sauvetage et des fonds de roulement – jusqu’au niveau le plus bas de la pyramide d’approvisionnement des entreprises individuelles – l’effondrement du commerce ne pourra pas être évité. Ce qui est suggéré ici, c’est la crainte que lorsque de multiples systèmes dynamiques complexes commencent à se dégrader, ils peuvent entrer, et le font souvent, dans une spirale de rétroactions.

Il existe peut-être un accord au sein du G7 sur le principe d’un moratoire sur une dette limitée à offrir aux économies en difficulté, mais une approche à outrance – sur les orientations de la BRI – est apparemment bloquée par le Secrétaire au Trésor américain Mnuchin (les États-Unis jouissent d’un droit de veto au FMI en vertu de leur quota) : Mnuchin n’offre plus de liquidités américaines au FMI, préférant maintenir la Fed américaine au centre du processus de déploiement des liquidités en dollars.

En d’autres termes, Trump souhaite maintenir intact l’échafaudage de la « guerre » cachée contre la Chine et la Russie, basée sur le dollar, les sanctions et les tarifs douaniers. Il veut que la Fed puisse déterminer qui reçoit ou non de l’aide pour le « déploiement des liquidités ». Il veut continuer à pouvoir sanctionner ceux qu’il veut. Et il veut maintenir une empreinte extérieure du dollar aussi grande que possible.

C’est là que se situe le cœur de la plainte de Poutine : « À la base, le système eurodollar est basé sur l’utilisation de la monnaie nationale d’un seul pays, les États-Unis, comme monnaie de réserve mondiale. Cela signifie que le monde est redevable d’une monnaie qu’il ne peut pas créer comme il en aurait besoin ».

Lorsqu’une crise frappe, comme c’est le cas actuellement, tous les membres du système eurodollar réalisent soudain qu’ils n’ont pas la possibilité de créer des dollars et qu’ils ne peuvent compter que sur les réserves nationales de devises étrangères ou sur les « lignes de swap ». Cela confère évidemment aux États-Unis un pouvoir et des privilèges énormes.

Mais plus que de soumettre le monde à l’hégémonie géopolitique de Washington, le point crucial est souligné par le Professeur Rogoff : « Nous assistons à un effondrement des prix des matières premières et du commerce mondial comme nous n’en avons jamais vu depuis les années 1930. Une avalanche de crises liées à la dette publique ne manquera pas de suivre, a-t-il déclaré, et « le système ne peut tout simplement pas gérer autant de défaillances et de restructurations – en même temps ».

Cela dépasse tout simplement les capacités de la Fed ou du Trésor américain, et de loin. La Fed est déjà prête à monétiser le double de l’émission totale de la dette du Trésor américain. La tâche globale la submergerait – dans une avalanche d’impression de monnaie.

Mnuchin croit-il alors à son récit et à celui de Trump, selon lequel le virus va bientôt passer et l’économie va rapidement rebondir ? Si c’est le cas, et s’il s’avère que le virus ne disparaît pas rapidement, alors la position de Mnuchin laisse présager une débâcle tragique à venir. Et avec de nouvelles émissions massives de monnaie, un effondrement de la confiance dans le dollar. (Le Président Poutine aurait eu raison, mais il ne se réjouira pas, assurément, d’avoir raison d’une manière aussi destructrice).

Dans une sphère parallèle, la situation critique du commerce mondial est reflétée dans le microcosme par celle des États de l’UE, comme l’Italie, dont les économies ont également été mises à mal par le Covid-19. Eux aussi sont redevables à une monnaie – l’euro – que l’Italie et d’autres pays ne peuvent pas créer comme il le faudrait.

Avec la crise qui frappe l’Europe, tous les membres du système de l’euro font l’expérience de ce que signifie ne pas avoir la possibilité de créer une monnaie fiduciaire et être entièrement soumis à un organe non statutaire, l’Eurogroupe, qui – comme Mnuchin – dit simplement « non » à toute approche de type BRI.

Là encore, il s’agit d’une question d’échelle : il ne s’agit pas de faire comme si de rien n’était, comme dans une éruption néo-grecque, et de faire face à la « discipline » de l’UE. Cette crise est beaucoup, beaucoup plus importante que cela. L’absence d’instruments monétaires – en cas de crise – peut devenir existentielle.

Une muse pourrait rappeler à Mnuchin et à l’Eurogroupe l’Histoire monétaire de 1899 d’Alexander del Mar, dans laquelle il observe comment les manœuvres de la Couronne britannique, en limitant l’exportation d’or et d’argent (c’est-à-dire de monnaie) vers ses colonies américaines, ont conduit à la « guerre » de la Couronne contre les instruments monétaires en papier – les Bills of Credit – émis par les Assemblées Révolutionnaires du Massachusetts et de Philadelphie, pour compenser cette famine monétaire britannique.

Finalement, les colons désespérés n’avaient plus qu’un seul recours : « soutenir leur système monétaire. Ainsi, les lettres de crédit de cette époque … étaient vraiment les normes de la Révolution [américaine]. Elles étaient plus que cela : Elles étaient la Révolution elle-même ! »

source:https://www.strategic-culture.org/news/2020/04/20/revolutionary-times-and-systemic-collapse-the-system-cannot-handle-it/

traduction Réseau International

Le grand plongeon ou comment le Grand Jeu vient d’exploser

On savait que la crise du COVID-19 était une diversion cachant quelque chose de bien plus cataclysmique. A y observer de près, tous les indicateurs sont au rouge. Le grand effondrement des prix du baril de pétrole américain sonnent le glas de l’industrie du gaz de schiste US. Ce grand plongeon cache à son tour d’autres surprises géostratégiques. Le COVID-19 n’est qu’un écran. Il n’est plus possible de revenir en arrière et il va falloir oublier le mode de vie mondialisé d’avant. Le nouveau paradigme économique est pour le moment trop radical et instable pour permettre aux populations les mêmes avantages qu’elles avaient l’illusion d’avoir jusqu’à la fin de l’an 2019. Le marché du pétrole et du gaz seront profondément chamboulés et ce grand bouleversement touchera également les autres filières énergétiques telles que le nucléaire ou l’éolien qui seront mises à terre. Le jeu est désormais entre trois puissances et c’est à qui tombera le premier. On a beaucoup évoqué le piège de Thyucidide mais ce qui se passe présentement dépasse de loin la rivalité entre Washington et Beijing. C’est une mise à plat du système énergétique mondial, en prélude à une guerre de grande ampleur et d’une durée assez longue.

Attachez vos ceintures et achetez des titres WTI Oil: le Grand Jeu vient d’exploser tel un feu d’artifice !

Source : Strategika51

Le Billet du LUPUS : Piégés comme des Rats, vous êtes tous désormais « coranovirables »

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Piégés comme des Rats, vous êtes tous désormais « coranovirables »

« […] l’une des conditions fondamentales d’un retour à la normale consiste à rompre la démonie qu’exerce l’économie dans le monde occidental moderne. » — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953)

Sans pour autant nier le fait que nous soyons confrontés à une forme particulièrement aiguë de grippe saisonnière, j’en dénonce ici même depuis plusieurs semaines l’utilisation propagandiste, toxique et fallacieuse qui en est faite par nos élites censées nous protéger, nous les supposés sans grades, des affres de Dame nature. Dame Nature qui soit dit en passant ne fait là que récupérer quelques droits que le genre humain dans son immense arrogance, avait cru pouvoir lui substituer, ou plus exactement lui subtiliser.  

Mais si la nature fait parfois bien les choses et nous rappelle ainsi à l’ordre, il en est à l’inverse tout autre de ceux…

Voir l’article original 556 mots de plus

par samrevolte Posté dans Autres

Comment interpréter la chute spectaculaire du pétrole américain ?

Ce mardi 21 avril, Jacques Sapir, directeur d’études à l’EHESS, et Jean-François Robin, directeur de la recherche chez Natixis, ont débattu sur la chute historique du cours du pétrole américain hier sur le marché dans Le face-à-face dans l’émission Intégrale Placements présentée par Cédric Decoeur. Intégrale Placements est à voir ou écouter du lundi au vendredi sur BFM Business.

Source : BFM Business

Immuni, Stop Covid, les applications pour tracer le coronavirus, un pas supplémentaire dans le contrôle de la population

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

En attendant le “certificat de vaccination” du bon Docteur Bill, le milliardaire philanthrope qui ne rêve que de réduire la population mondiale, vous aurez à choisir entre un bracelet électronique à la cheville ou une application-espion dans votre smartphone… pour votre santé bien sûr ! Est-ce qu’elle ne sera pas belle, la vie du “Jour d’Après” la fake-pandémie ? Avec la 5G, of courseOD

« Cela ressemble à de la science-fiction mais c’est bien réel, les applications pour combattre, nous dit-on, la diffusion ducoronavirus et mettre en place un «passeport immunitaire», et surveiller par ricochet les personnes, voient le jour.

Le gouvernement français a annoncé le développement de StopCovid, une application qui tracera les contaminations au coronavirus. L’Italie prévoit, dans le même but de tracer les contaminés, l’application Immuni.

En Italie, où l’idée est plus avancée qu’en France, le débat fait…

Voir l’article original 542 mots de plus

par samrevolte Posté dans Autres

Jim Rogers : «La faillite de la Deutsche Bank va faire s’effondrer le système financier mondial»

17_full.jpeg

La raison pour laquelle les Etats-Unis veulent obtenir 14 milliards de dollars de pénalités de la banque allemande ? Ils sont très endettés. Et ils tenteront d’agir ainsi partout où ils le peuvent, selon l’investisseur Jim Rogers.

RT : Tout d’abord, pourquoi les Etats-Unis imposent-ils de telles pénalités ?

Jim Rogers (J. R.) : La raison principale est que les Etats-Unis sont gravement endettés. Ils ont un déficit gigantesque – ils ont désespérément besoin d’argent. Ils essaieront de l’obtenir partout où ils le peuvent. Je ne peux pas imaginer que la Deutsche Bank soit redevable de 14 milliards de dollars, mais je ne suis pas impliqué.

RT : La banque a dit qu’elle ne paierait rien de la somme voulue par les Etats-Unis – comment tout cela va-t-il se régler ?

J. R. : Soit la Deutsche Bank fera faillite, ce qui fera s’effondrer le système financier mondial, soit ils essaieront de parvenir à un compromis sur un chiffre moindre. Si la Deutsche Bank doit payer 14 milliards de dollars… vous devriez être très inquiets quoi qu’il arrive, mais surtout s’ils doivent payer 14 milliards de dollars.

Ça sera la fin si la Deutsche Bank échoue

RT : A quel point la principale banque allemande est-elle désespérée ? A-t-elle une chance de survivre sans plan de sauvetage ?

J. R. : Si vous regardez son bilan, vous verrez qu’elle a une dette prodigieuse, dans son bilan aussi bien qu’hors bilan […]. Elle va probablement survivre en recevant de l’aide, sinon nous aurons tous un problème énorme pendant les deux prochaines années. Comme je vous ai déjà dit, il faut être très inquiets. Le monde occidental, le monde entier va affronter beaucoup de problèmes au cours des deux années à venir. Il faut s’inquiéter !

RT: En août, les Etats-Unis étaient furieux de la décision de l’UE de demander des milliards d’euros à Apple en impôts rétroactifs. Certains considèrent le récent scandale autour de la Deutsche Bank comme une vengeance de Washington. Quelle est votre opinion ?

J. R. : Il est vrai que ces gouvernements ont ce petit jeu – ce qui n’est bon pour personne. Mais ils le font. Vous donnez du pouvoir aux bureaucrates – ils le prennent et s’enfuient. Le pouvoir corrompt, c’est ainsi depuis des centaines d’années.

L’Allemagne a dit à tout le monde de ne pas renflouer les banques, mais si elle doit renflouer subitement ses banques, les hommes politiques auront le champ libre

RT : Si la Deutsche Bank échoue, que cela signifiera-t-il pour l’UE et la finance en général ?

J. R. : L’UE se désagrégera donc, parce que l’Allemagne ne pourra plus la soutenir, ne voudra pas la soutenir. Beaucoup d’autres personnes essaieront de renflouer ; plusieurs banques en Europe ont des problèmes. Et ça sera la fin si la Deutsche Bank échoue. En 1931, quand une des plus grandes banques d’Europe a échoué, cela a mené à une grande dépression et finalement à la Seconde Guerre mondiale. Il faut s’inquiéter !

L’Allemagne a dit à tout le monde de ne pas renflouer les banques, mais si elle doit renflouer subitement ses banques, les autres pays seront furieux et les hommes politiques auront le champ libre.

 

Source : RT

 

Le FMI vient de publier un rapport accablant sur la dette mondiale… et personne ne s’en soucie

fmi-tunisie-l-economiste-maghrebin

La dette mondiale atteint désormais 152.000 milliards de dollars, un montant jamais atteint, a alerté le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié mercredi. Cette somme représente plus du double de la valeur de l’économie mondiale (225 % exactement).

Les deux tiers de cette dette proviennent du secteur privé, mais la dette publique des différents pays s’est aussi beaucoup développée depuis la crise financière. Ce phénomène a été favorisé par les taux d’intérêts très bas, voire négatifs, imposés par plusieurs grandes banques centrales. Beaucoup de gouvernements se sont en effet endettés au travers de programmes de relance pour tenter de faire repartir les économies nationales atones.

3 gros problèmes

La plus grande partie de la dette est concentrée dans les pays riches, mais la Chine a beaucoup plus emprunté qu’auparavant sur les dernières années. En outre, même si les pays plus pauvres sont relativement moins endettés, beaucoup ont eu tendance à augmenter fortement leur recours au crédit.

Marc Fiorentino de MonFinancier souligne que cette énorme dette mondiale pose 3 problèmes au monde : «  Tout d’abord cet océan de dettes qui recouvre la Terre n’a pas relancé l’économie. D’autre part, une dette, normalement, ça se rembourse. Mais comment rembourser une dette deux fois plus importante que l’économie mondiale ? Et enfin quid si les taux devaient remonter ? »

Le crédit est devenu irrésistible

Les rapports du FMI sont de plus en plus alarmistes. Récemment, l’Institution a prédit une croissance économique anémique dans les pays riches et mis en garde concernant le référendum en Grande-Bretagne et la montée du populisme avant les prochaines élections présidentielles américaines. Elle a aussi signalé qu’un tiers des banques européennes connaissaient des difficultés majeures qui perdureraient lorsque l’économie se redressera.

L’Institution «n’a pas envie de réitérer son erreur de 2008 avec des rapports optimistes à quelques mois de l’explosion de la plus grande crise mondiale depuis 1929 », analyse Fiorentino. Mais il déplore que personne ne tienne compte de ces avertissements, car avec les politiques d’assouplissement monétaire des grandes banques centrales (dont la BCE), les marchés sont inondés de liquidités, et le crédit est devenu irrésistible.

 

Source : L’Express

Dans la ligne de mire de Poutine : l’OTAN

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Dans la ligne de mire de Poutine : l’OTAN

Permalien de l'image intégréeRésultat de recherche d'images pour "turkey russia"Personne ne semble avoir relevé l’affirmation de Poutine selon laquelle les Etats -Unis étaient au courant de l’attaque Turque préalablement à son déclenchement. Personne en semble prêter attention à son autre affirmation selon laquelle, l’attaque ne pouvait être qu’intentionnelle, voulue..

Résumons :

1 La Turquie est membre de l’OTAN, il y a solidarité entre les membres article 5.

2 La Turquie attaque un appareil russe et le descend.

3 Poutine affirme que cela a été préparé.

4 Poutine affirme que les américains connaissaient la trajectoire de leur avion.

5 Poutine conclut que l’attaque implique les Etats-Unis et l’OTAN..

Mais il y a plus, les développements ne s’arrêtent pas là.

Voici ce qu’a déclaré très publiquement Sergei Naryshkin vendredi :

« La Russie a le droit de fournir une réponse militaire après l’attaque d’un de ses appareils par un membre de l’OTAN …

Voir l’article original 4 251 mots de plus

par samrevolte Posté dans Autres

L’UE capitule devant les islamistes turcs : Ankara obtient la réactivation de son adhésion à l’UE et empoche 3 milliards d’euros !

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

L’UE capitule devant les islamistes turcs : Ankara obtient la réactivation de son adhésion à l’UE et empoche 3 milliards d’euros !

Permalien de l'image intégrée

turquie-europe-troie-277x300Les dirigeants européens et la Turquie se sont mis d’accord dimanche sur un fonds de 3 milliards d’euros pour aider la Turquie à accueillir des réfugiés syriens, a indiqué le président du Conseil européen, Donald Tusk, à l’issue d’un sommet inédit à Bruxelles entre la Turquie et les 28 chefs d’Etats ou de gouvernement européens, dont François Hollande. « Nous allons contrôler très précisément l’utilisation de ces 3 milliards d’euros », a par ailleurs promis le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.Les deux parties ont également décidé d’activer un « plan d’action commun » pour endiguer l’afflux de réfugiés, et de « redynamiser » les négociations en vue d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne, ont déclaré les dirigeants de l’UE et le Premier ministre…

Voir l’article original 767 mots de plus

par samrevolte Posté dans Autres
%d blogueurs aiment cette page :