L’Etat prêt à se séparer de nouveaux bijoux de famille

Lors du Conseil des ministres, Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie et Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif ont fait une intervention commune qui définit la nouvelle doctrine de l’Etat actionnaire.

Il y a quelques semaines, l'Etat s'était déjà séparé de 3,12% du groupe Safran (c) Reuters

La solution de l’endettement étant désormais proscrite, l’Etat n’a plus vraiment l’embarras du choix lorsqu’il s’agit de financer les investissements d’avenir et le développement des filières stratégiques ? En attendant que les milliards investis dans le cadre du premier Grand emprunt lancé en 2010 fasse des petits et permette à l’Etat de récupérer une partie de sa mise initiale, celui-ci n’a plus qu’une seule option : continuer à céder une partie de ses participations dans les entreprises dont il détient une partie majoritaire ou non du capital. Concrètement, l’Etat souhaite vendre les bijoux de famille pour financer le développement des secteurs qui stimuleront – peut-être, car le résultat n’est pas garanti – la croissance future.

Une doctrine pour encadrer les prochaines cessions

Cette stratégie ne pouvant s’élaborer au fil de l’eau, le gouvernement a décidé de se doter d’une véritable doctrine. Lors du Conseil des ministres ce vendredi, Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie et Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif ont fait une intervention commune qui encadre précisément cette stratégie. « Les ressources publiques en capital pour financer l’investissement doivent pouvoir être mobilisées sans recourir à l’endettement, au service de nouveaux acteurs économiques porteurs de projets innovants et structurants pour le pays et, le cas échéant, au service d’interventions défensives. A cette fin, l’Etat pourra envisager de réduire les niveaux historiques de participation publique dans certaines entreprises, dès lors que le niveau de contrôle ou d’influence de l’Etat actionnaire n’en serait pas significativement affecté ou que d’autres instruments [réglementation, régulation…] permettraient d’atteindre les objectifs recherchés et que de telles opérations seraient patrimonialement avisées », ont expliqué les deux ministres.

Une cagnotte de 25 milliards

Concrètement, de combien dispose l’Etat ? Au 1er août, la valeur du portefeuille de participationsgérée par l’Agence des participations de l »Etat s’élève à 71,83 milliards d’euros, dont 25, 31 milliards seulement sont cessibles A titre de comparaison, celle-ci s’élevait à 60,76 milliards d’euros le 3 juillet (cet écart s’explique en partie par l’envolée du cours d’EDF en juillet). Comme le rappelle la Cour des comptes dans son rapport sur les résultats et la gestion budgétaire de l’Etat, la législation impose notamment à l’Etat de détenir plus de 70 % du capital d’Electricité de France, la majorité du capital d’ADP et plus du tiers du capital de Gaz de France.

D’autres cessions sont donc en vue

Des cessions devraient donc intervenir ces prochaines semaines. Pour mémoire, le 1er juillet, l’Etat et le Fonds stratégique d’investissement (FSI) ont décidé de céder 9,5% du capital d’Aéroports de Paris à Predica, filiale d’assurance de Crédit Agricole, et à Vinci pour un montant total de 738 millions d’euros. Le 30 juin, Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie annonçait la cession par l’Etat et le FSI d’une participation au capital d’Aéroports de Paris. Le produit de cession total s’est élevé à 738 millions d’euros, dont 303 millions d’euros pour l’Etat et 435 millions d’euros pour le FSI. En avril, l’Etat engrangeait 707 millions d’euros avec la vente de 2,1% du capital d’EADS. Un mois plus tôt, c’était 3,12% du capital de Safran qui était cédé au marché pour 448,5 millions d’euros. A qui le tour ? Choix difficile car l’actuel cours de beaucoup d’entreprises n’est pas particulièrement favorable à une cession.

 

Source : La Tribune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s