Le nombre de cambriolages et de vols en France a continué d’augmenté en 2013, Bravo Valls, c’est sans doute la faute à Dieudonné

UN SERVICE D'AUDIT ET DE CONTRÔLE CRÉÉ POUR ENCADRER LES FICHIERS DE POLICE

Les six prochains mois seront compliqués pour le gouvernement
Contre la piraterie, la France va autoriser les sociétés de sécurité privées
La nuit de la Saint Sylvestre sera sous haute surveillance policière
cle Le chômage a augmenté de 0,5% en novembre

Le nombre de cambriolages, de résidences secondaires notamment, et de vols a continué d’augmenter en France en 2013 comme en 2012, celui des homicides variant selon les endroits, a relevé jeudi l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Ce bilan chiffré de la délinquance doit être commenté jeudi après-midi par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui dressera par ailleurs ses perspectives pour 2014.

En 2013, par rapport à 2012, selon le bilan annuel de l’ONDRP — l’organisme livrant les statistiques de la police et de la gendarmerie — il y a eu une hausse de 6,4% des cambriolages en zone (urbaine) de la police et + 4,7% en zone (rurale) de la gendarmerie. Ceux ayant visé les habitations principales ont respectivement augmenté, dans ces mêmes zones, de 7% et de 1,3%. Ceux des résidences secondaires de 10% et 17,7%.

La hausse des cambriolages était déjà très importante en 2012 et était une priorité de M. Valls en 2013. Il avait lancé un vaste plan afin de lutter contre ce phénomène perpétré, selon les forces de l’ordre, par des gangs organisés venus souvent des pays de l’Est. Les hausses sont cependant parfois moins importantes qu’en 2012, selon ces chiffres.

Les homicides volontaires, qui avaient diminué en 2012, sont toujours orientés à la baisse en zone police (- 4,2%) mais en hausse en zone gendarmerie (+ 14,9%). Le taux d’homicide est « le plus élevé » en France métropolitaine dans le département des Bouches-du-Rhône avec chaque année, entre 2008 et 2013, une moyenne de 50 homicides dont 18 règlements de comptes entre malfaiteurs.

En 2013, il y a eu 51 règlements de comptes en France contre 63 en 2012, selon ce même bilan.

Les violences aux personnes, point noir de la délinquance il y a quelques années, sont en stagnation ( + 0,9% en zone police, + 5,7% en zone gendarmerie, beaucoup moins qu’en 2012).

Les vols à main armée sont en diminution pour la quatrième année consécutive (- 0,3% pour la police, – 6% pour la gendarmerie) dans des taux moindres qu’en 2012.

Les vols sans violence en revanche sont en hausse de 4%. Dans cette catégorie ceux dits « à la tire » augmentent entre + 11% à + 12% que ce soit dans les villes ou les campagnes.

L’ONDRP distingue depuis plus d’un an les chiffres de la gendarmerie de ceux de la police en raison d’un recueil et de traitement des statistiques qu’il juge faussé, la gendarmerie ayant mis en oeuvre un nouveau logiciel.

Source : La Croix

Manif anti-IVG : « On souhaite que la France prenne exemple sur l’Espagne »

Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Paris dimanche pour dénoncer la "banalisation" de l'avortement.
Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Paris dimanche pour dénoncer la « banalisation » de l’avortement. | AFP/PIERRE ANDRIEU

Et « viva España » ! Hissés sur le lion de Belfort de la place Denfert Rochereau, à Paris (14e arrondissement), dimanche 19 janvier, les manifestants de la « Marche pour la vie » opposés à l’avortement chantonnent à la gloire de Madrid en agitant les drapeaux rouge et or aux côtés d’emblèmes à fleurs de lys.

Le collectif qui mène depuis neuf ans un combat contre l’IVG qualifiée tantôt d’« attentat à la dignité humaine » tantôt de « génocide médical » sent l’« espoir » venu de Madrid : le 20 décembre 2013, le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, a présenté en conseil des ministres une loi restreignant l’avortement aux seuls cas de viols et de mise en danger de physique ou psychique de la femme.

« C’est formidable. C’est l’espérance pour nous », s’enflamme le père Argouarc’h, en tenue de messe, s’apprêtant à « dire le chapelet », en fin de cortège, avec le docteur Xavier Dor, féroce militant anti-IVG. Plus loin, des familles se pressent pour prendre le départ du cortège. Des jeunes en sweat shirts rouges imprimés « j’aime la vie », dansent sur l’air de « Vamos à la playa ». Deux garçons en caban bleu marine et raie sur le côté tiennent la main de leur mère.

Certains sont venus de Reims, d’autres de Bretagne. Jean-Luc, lui, arrive de Gif-sur-Yvette avec femme et enfants. Tous avaient déjà fait le déplacement pour la Manif pour tous. Aujourd’hui, pour être à l’heure, « on a été à la messe sur la route, et on a pris des sandwiches », explique-t-il. Cheveux rares, sourire apaisé, il tient lui aussi fièrement le drapeau espagnol en mains. « On souhaite que la France prenne exemple sur l’Espagne, dit-il, il y a des choses absurdes. Ici des bébés animaux sont mieux traités que des bébés humains ! ».

Lire le visuel interactif : En Europe, les femmes inégales face à l’avortement

UNE DÉLÉGATION ESPAGNOLE DANS LES CORTÈGES

Marc, un jeune homme à la voix douce n’a pas de drapeau mais un crucifix géant dans les mains. Il n’en est pas moins admiratif de Madrid. A coté de lui, deux petites femmes âgées opinent. « Il y a un film qui circule sur Youtube sur l’avortement. C’est ça qui a ému les Espagnols ! », prétend l’une. « On y voit des enfants dé-chi-que-tés, dit sa copine aux cheveux gris recouverts d’un béret rose angora. « Non, non , pas déchiquetés », corrige l’autre, évoquant tout de même des fœtus traités comme « des déchets ».

Le collectif s’apprête à descendre jusqu’à la place Vauban. Tous enragent que le gouvernement soutienne l’amendement à la loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes visant à supprimer l’idée de la nécessaire « situation de détresse » de la femme pour avoir recours à l’IVG. De quoi, disent-ils « banaliser » le procédé quand l’Espagne prend un chemin inverse.

Lire l’éditorial du Monde : Avortement : la régression espagnole

Pour mobiliser les troupes, les organisateurs ont convié une délégation espagnole composée, entre autres, de Luis Péral, sénateur du parti populaire et secrétaire général de l’association Famille et dignité humaine. Le début d’une tournée européenne pour défendre la loi espagnole qui soulève le cœur des féministes et des sociaux démocrates à Bruxelles ? « Pas pour l’instant, mais il faut expliquer les choses », reconnaît M.Péral dans un français parfait.

Promesse électorale de M.Rajoy, la loi anti-IVG est contestée au sein même du PP mais M.Péral en est sûr ; même s’il est amendé, le texte sera maintenu, voire « perfectionné ». « Le PP ne doit pas gouverner en suivant follement les enquêtes d’opinion », dit-il. « Cette loi est progressiste. Elle défend le droit à vivre. Le droit d’avorter, lui, n’existe pas ». A côté de lui, Cécile Edel, porte-parole de la Marche pour la vie et Jean-Marie le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune, acquiescent sans réprimer un sourire.

Source : Le Monde

En Inde, des panneaux solaires pour sauvegarder l’eau des canaux

Crédit : Solar revolution India

L’État indien du Gujarat, qui a inauguré en 2008 le canal de La Narmada , a trouvé le moyen d’éviter l’assèchement de ce cours d’eau de 458 km vital aux habitants, tout en générant de l’électricité : le recouvrir de panneaux solaires ! Une solution qui permet de produire de l’énergie verte, tout en prévenant l’évaporation de l’eau due à la chaleur.

Un système économe

Un projet pilote, aujourd’hui initié sur 1 km, va permettre de produire 1,6 GW, tout en évitant la perte de 9 millions de litres d’eau par an. Chiffré à moins d’1,2 millions d’euros, ce projet offrira un coût au mégawatt bien inférieur à celui d’une installation solaire classique. Les panneaux, qui prennent appui de part et d’autre du canal, ne nécessitent ni infrastructure ni nouvelles terres.

D’immenses perspectives

Avec ses branches et ses sous-branches, le canal du Gujarat constitue un vaste réseau de cours d’eau de 19 000 kilomètres. En supposant une utilisation de seulement 10% de ce dernier, 2 200 MW de panneaux solaire pourraient y être installés. Cela permettrait de sauvegarder chaque année 20 milliards de litres d’eau !

 

Source : We Demain

Dieudonné, l’étincelle qui peut tout faire exploser ?

Manuel Valls a raison d’affecter une mine grave. Ce qui se passe avec Dieudonné est grave. Cela a tout de l’étincelle qui peut mettre le feu aux poudres. Le pays est travaillé par des tensions extrêmes, et le gouvernement commence à interdire à ceux qui le critiquent, je veux dire à ceux dont la critique est réelle car sincère, cohérente, et qui plus est drôle (c’est pour toutes ces raisons que l’audience de Dieudonné explose), le droit de s’exprimer.

dieudo-repIl n’en faut pas plus pour provoquer un soulèvement populaire, pour agréger des mécontentements disparates dans une même colère à l’endroit d’un pouvoir qui se replie sur lui-même. Un pouvoir si faible qu’il n’a plus que la force pour se défendre. Un tel pouvoir se déshonore en agissant de la sorte, car il révèle sa véritable nature totalitaire et policière.

« En finir », « éradiquer », « par mesure d’hygiène », « faire pression sur les directeurs de théâtres », « Supprimer la tentation en supprimant l’objet »… La Gestapo n’employait pas d’autres termes s’agissant de la programmation des théâtres sous l’occupation (revoir Le dernier métro); on est même plus dans la condamnation, on est dans la réification de l’autre. Et ce n’est même pas un membre du gouvernement qui parle, c’est Christophe Barbier, un soi-disant journaliste de l’opposition !

Se rend-t-on bien compte de ce qui se passe ? De la dérive totalitaire massive à laquelle nous assistons. Si le peuple ne réagit pas, ce n’est pas la télé qui le fera à sa place. La télé, c’est ce qui fait exister le système, les people seront toujours solidaires des politiques. Seuls les gens avec leur conscience, leurs bras, leurs jambes et leur clavier d’ordinateur peuvent aujourd’hui agir pour couper court à ce mauvais scénario orwellien qui prend forme sous nos yeux.

Si Dieudonné fédère des traditionnels catholiques aux jeunes arabes des cités et en passant par toutes les couches de la population, c’est parce qu’il dit quelque chose de simple que tout le monde comprend, et qui rassemble tous les Français : le roi est nu (i.e le système médiatico-politique vous entube).

Source : Nouvelles de France