JPMorgan poursuivie pour escroquerie à la carte de crédit

 

JPMorgan est impliqué dans un nouveau scandale concernant des cartes de crédit. (c) Reuters

L’Etat américain de Californie a déposé une plainte jeudi contre la banque JPMorgan Chase, qu’il accuse d’avoir escroqué des dizaines de milliers de détenteurs de cartes de crédit.

La procureure générale de Californie Kamala Harris a déposé devant une cour de Los Angeles cette plainte qui affirme que JPMorgan « a commis des abus lors de la récupération de dettes envers des dizaines de milliers de consommateurs de Californie ».

« Les accusés ont inondé les tribunaux de Californie avec des plaintes contre des emprunteurs n’ayant pas payé leurs factures de cartes de crédit, basées sur des preuves clairement insuffisantes — en pariant sur le fait que les emprunteurs n’auraient pas les ressources ou la culture juridique nécessaire pour dévoiler le bluff », ajoute la plainte.

100.000 plaintes en trois ans

JPMorgan a déposé plus de 100.000 plaintes entre janvier 2008 et avril 2011, dont 469 sur la seule journée du 1er avril 2010, utilisant « des tactiques illégales » comme des signatures automatiques et en masse de documents sans en vérifier l’authenticité, selon les autorités californiennes.

« Mes services vont réclamer un arrêt définitif de ces pratiques et des dédommagements pour les emprunteurs qui ont été lésés », a indiqué Mme Harris dans un communiqué.

Une porte-parole de JPMorgan n’a pas voulu faire de commentaire.

 

Source: Challenge et Le journal du siècle

Les pertes de JP Morgan sur les produits dérivés pourrait atteindre 9 milliards de dollars

Si JP Morgan perd 9 milliards de dollars, ce serait la plus grosse perte de trading de l’histoire devançant ainsi le trader Howie Hubler de la Morgan Stanley avec 8,67 milliards de dollars.

Après Jérôme Kerviel et ses 4,9 milliards d’euros perdu à la Société Générale, c’est également un français, Bruno Michel Iksil, surnommé  «la baleine de Londres», qui serrait à l’origine des pertes de la JP Morgan Chase & Co.

Sources : New York TimesLe Figaro, Le Monde et Investir

Cours de l’action JP Mogan : Boursier, Les Echos, Boursorama

« Le diable est dans les détails », phrase de Blythe redonnée en direct par Jamie Dimon devant le sénat; en direct