La carte de France des pertes d’emplois

LE MONDE | 24.07.2013 à 11h59 • Mis à jour le 30.07.2013 à 09h59 | Par Jérémie Baruch et Jean-Baptiste Chastand

Comment la crise a-t-elle touché la France ? Cinq ans après la chute de Lehman Brothers et le début de la crise, Le Monde revient sur l’impact du ralentissement économique bassin d’emploi par bassin d’emploi. Entre Nemours (Seine-et-Marne), qui a perdu en quatre ans plus de 14 % de ses emplois, et Sartène-Propriano (Corse-du-Sud), qui en a gagné près de 20 %, les Français ont de fait vécu très différemment ces années de crise selon l’endroit où ils habitent. Les chiffres compilés par les organismes de recouvrement des cotisations (Urssaf) permettent de voir exactement l’impact du ralentissement territoire par territoire.

img.php

Les données des Urssafs montrent ainsi que le quart nord-est de la France a nettement plus perdu d’emplois que l’arc qui va de la Bretagne aux Alpes. Alors que les régions fortement industrielles du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie, de la Lorraine ou de Champagne-Ardenne font figure de grandes perdantes, des zones entières de la façade atlantique et méditerranéenne ont de leur côté continué à créer des emplois. Néanmoins, le chômage a pu y augmenter, puisque les créations d’emplois peuvent ne pas suffire à compenser la hausse de la population active dans ces zones où la démographie reste très dynamique en raison des flux migratoires.

Les métropoles de l’Ouest ont particulièrement continué à créer des emplois avec une hausse de près de 5 % à Toulouse, 3,4 % à Nantes ou 3,2 % à Bordeaux. Les grandes villes affichent globalement des résultats plutôt positifs, même si les créations ont été moins fortes à Lyon, Lille ou Marseille.

Lire aussi Les chiffres du chômage : mode d’emploi

La Corse compte les six zones aux progressions les plus fortes, même si le taux de chômage y reste élevé. Par ailleurs, des bassins d’emploi très dynamiques, comme Vitré (Ille-et-Vilaine) – 5,9 % de chômage fin 2012 –, ont continué à créer de nombreux emplois. Dans une très mauvaise situation avec près de 12, % de chômeurs et plus de 10 % d’emplois détruits en quatre ans, Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) fait figure d’exception dans une zone géographique relativement préservée qui recoupe l’ouest et le sud-ouest de la France.

Mais les créations d’emplois n’empêchent pas forcément l’explosion du chômage. Le Languedoc-Roussillon, touché par un chômage endémique (14,5 %), compte de nombreuses zones qui ont moins détruit d’emplois que le reste de la France et qui en ont parfois même créé, à l’image d’Arles, Perpignan, Narbonne, Béziers ou Sète.

GRANDE PERDANTE

Si la moitié des zones ont perdu plus de 3,2 % d’emplois, seize d’entre elles ont particulièrement souffert de la crise avec des pertes supérieures à 10 % en quatre ans. Les zones qui affichent les plus fortes baisses ne figurent pas forcément dans celles au chômage le plus élevé. Nemours et Saint-Claude affichent les deux plus grosses pertes d’emplois (respectivement – 14 % et – 12,6 %), alors qu’elles ont l’un des taux de chômage les plus faibles de France. D’autres zones qui affichent aussi des taux de chômage très faibles, autour de 6 % fin 2012, ont davantage souffert que la moyenne, comme Rambouillet (– 9,4 % d’emplois), Molsheim (– 4,7 %), Versailles (– 4,2 %).

De fait, les zones qui ont perdu le plus d’emplois sont surtout celles où l’industrie joue un rôle important, comme la vallée de l’Arve dans la région de Chamonix (Haute-Savoie), Longwy et Remiremont en Lorraine. La petite zone d’emploi fortement industrielle de Tergnier (Aisne) affiche l’un des plus mauvais résultats, avec 16,2 % de chômage en 2012 et 10,75 % d’emplois détruits en quatre ans. Calais (Pas-de-Calais) est également dans une situation extrêmement difficile, avec 9,6 % d’emplois perdus en quatre ans et un taux de chômage qui culmine à 17,8 % fin 2012.

Sur les vingt zones d’emploi au taux de chômage le plus élevé fin 2012, douze ont détruit plus d’emplois que la moyenne en quatre ans. Des zones entières du Nord-Pas-de-Calais, comme Boulogne-sur-Mer, Roubaix, Maubeuge ou Valenciennes, ont ainsi plus fortement souffert de la crise, alors qu’elles affichaient déjà des taux de chômage élevés. De quoi faire de cette région, malgré l’exception lilloise, la grande perdante de la crise.

 

Les ZUS plus fortement touchées par le chômage

Au milieu du marasme économique national, la situation des zones urbaines sensibles (ZUS) est plus particulièrement catastrophique. Le taux de chômage y a atteint 23,1 % au quatrième trimestre 2012, contre 10,1 % de moyenne nationale – un écart de 13 points alors qu’il n’était que de 9 points en 2008.
Surtout, ces territoires urbains, déjà fragilisés avant la crise, ont été frappés par les quatre années de ralentissement économique. Ils ont été touchés à la fois plus durement et plus rapidement. Les données de l’Observatoire national des ZUS (Onzus) montrent que le taux de chômage hors ZUS est resté stable, autour de 9,5 %, entre 2009 et 2011. Dans le même temps, il augmentait de près de 4 points dans les ZUS.
Comment expliquer ce décalage ? Le manque de qualification des jeunes dans ces zones a pu jouer. Le taux de chômage des moins de 25 ans dépasse les 40 % dans les ZUS, contre 26 % au niveau national. Les difficultés des jeunes à décrocher un emploi lorsqu’ils sont issus de ces zones sont également établies. Face à ce constat, le gouvernement a tenté d’orienter plus spécifiquement ses mesures de politique de l’emploi sur ces jeunes, qui font le gros des entrées à Pôle emploi.
Un tiers des emplois d’avenir est normalement réservé aux jeunes de ZUS, pour lesquels une exemption permet même l’embauche de diplômés, alors que le dispositif est réservé aux non-diplômés pour les autres territoires. Malgré cela, le dispositif ne décolle toujours pas dans les ZUS. Seuls 15 % des emplois d’avenir signés jusqu’ici concernent des jeunes de ZUS. Et des départements très pauvres, comme la Seine-Saint-Denis font figure de lanterne rouge.

Source : Le Monde

73 millions de jeunes chômeurs dans le monde en 2013

Aucune amélioration du marché du travail des jeunes n’est à attendre à moyen terme, avec un taux de chômage mondial des 15-24 ans attendu à 12,8% en 2018 contre 12,3% en 2013, selon une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT) publiée mercredi.

En 2013, à l’échelle mondiale, il y aura près de 73,4 millions de jeunes chômeurs, une augmentation de près de 3,5 millions depuis 2007 et de 0,8 million depuis 2011, selon le rapport « Tendances mondiales de l’emploi des jeunes ».

Globalement, entre 2012 et 2018, le nombre de jeunes chômeurs va augmenter de plus de deux millions, ce qui équivaut à une progression de près de 25%.

« En 2018, le taux de chômage des jeunes devrait s’élever à 12,8% (contre 12,6% en 2013), avec des disparités régionales croissantes », prédisent les experts de l’OIT.

Les économistes estiment que les économies avancées devraient enregistrer des « améliorations » qui seront compensées par une dégradation de la situation dans d’autres régions, principalement en Asie.

« Un des éléments les plus effrayants est la méfiance des jeunes générations actuelles vis-à-vis des systèmes politiques et socio-économiques », estime l’OIT.

« Une partie de cette méfiance s’est exprimée à travers des manifestations politiques, tels que les mouvements anti-austérité en Grèce ou en Espagne » où les jeunes chômeurs représentent plus de la moitié des jeunes actifs, explique l’organisation internationale basée à Genève.

D’une façon générale, l’OIT se montre particulièrement inquiète quant à la situation actuelle dans trois régions — les économies développées et l’Union européenne, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord — où le chômage des jeunes s’est envolé depuis 2008.

Dans les économies développées et l’Union européenne, le chômage des jeunes a ainsi bondi de 24,9% entre 2008 et 2012.

Le taux de chômage des jeunes dans cette même région a quant à lui atteint 18,1% en 2012 et selon les dernières prévisions de l’OIT il ne devrait pas passer sous les 16% avant 2018.

A moyen terme, le taux de chômage des jeunes devrait subir une nouvelle pression quand ceux qui continuent d’étudier faute de débouchés professionnels arriveront sur le marché du travail.

Si la situation des jeunes dans l’UE fait régulièrement la Une des médias, l’OIT relève que « les régions en développement sont confrontées à des défis majeurs en termes d’emploi des jeunes, et enregistrent d’importantes divergences ».

Ainsi, le taux de chômage des jeunes devrait atteindre 30% au Moyen-Orient en 2018 (contre 28,3% en 2012) et 23,9% en Afrique du Nord (contre 23,7% en 2012).

En Asie, la situation est nettement plus favorable actuellement mais elle devrait se dégrader, enregistrant en 2018 des taux de chômage des jeunes de 10,5% en Asie de l’Est (contre 9,5% en 2012), de 14,3% en Asie du Sud-Est et Pacifique (contre 13,1% en 2012) et de 9,8% en Asie du Sud (contre 9,3% en 2012).

En Amérique latine et Caraïbes, ce taux devrait aussi progresser, de 12,9% en 2012 à 13,6% en 2018. Il devrait rester stable, à 11,7%, dans les pays d’Afrique sub-saharienne.

Source : Boursorama

Immolation d’un chômeur : circulez, il n’y a rien à voir

Le traitement de l’information de ces jours a été la démonstration parfaite des dérives de l’industrie médiatique. Elle n’est plus que divertissement public ou recherche de scandales, mais n’en attendez surtout pas d’analyses sociétales.

Medieval-Scenes-As-Tibetan-Monks-Stage-Ultimate-Protest

Source : Mediapart

Suicides : les chômeurs acculés par la crise

Les immolations de demandeurs d’emploi ces derniers jours témoignent de leur désarroi face à l’aggravation du contexte économique. La déstructuration et la déshumanisation de Pôle emploi sont pointées du doigt par les associations.

poleemploi1802

Source : Humanité

Clermont-Ferrand : le Pôle Emploi occupé après le suicide d’un chômeur à Nantes

Les réactions se multiplient après l’immolation d’un homme devant Pôle Emploi à Nantes. Derrière le drame, le problème de l’accompagnement des chômeurs se pose.

manifestation-chom-actif-a-pole-emploi_1012528

Source : La Montagne