La faillite de Detroit menace le groupe Dexia

La faillite de la ville américaine de Detroit pourrait avoir un gros coût pour le groupe Dexia. Le groupe belgo-français possède dans son portefeuille certaines créances détenues par Detroit, pour un montant qui pourrait atteindre 100 millions d’euros.

La ville de Detroit en faillite: «Impossible en Belgique»

C’est officiel , Detroit se déclare en faillite

 Devant le siège de General Motors à Detroit, le 11 janvier 2013.
Devant le siège de General Motors à Detroit, le 11 janvier 2013. (© Rebecca Cook / Reuters)

La ville américaine, qui fut le joyau de l’ère industrielle, a perdu la moitié de sa population en 60 ans.

Par AFP

Detroit, berceau de l’automobile, est devenue jeudi la plus grande ville américaine à se déclarer en faillite, selon des documents judiciaires consultés par l’AFP.

Un temps joyau de l’industrie, Detroit a perdu la moitié de sa population en 60 ans et les grands groupes ont progressivement abandonné la ville, portant un coup rude aux recettes fiscales. «Les habitants de Detroit (…) méritent une feuille de route qui leur permettra de sortir de la spirale qui les entraîne vers des services publics de moins en moins performants», a justifié Rick Snyder, le gouverneur de l’Etat du Michigan, dans une lettre qui accompagnait l’acte déposé auprès d’un tribunal. «La mise en faillite est l’unique solution qui permettra à Detroit de redevenir stable et viable», a-t-il poursuivi.

La ville de Detroit est passée de 1,8 million d’habitants en 1950 à 685 000 aujourd’hui. Ce mouvement s’est accompagné d’un exode massif des entreprises et d’un effondrement des recettes fiscales. Progressivement, nombre de services publics ont dû être réduits et, exemple le plus saillant de cette diète, l’éclairage n’est plus assuré dans certains quartiers la nuit.

Prise à la gorge, la ville avait annoncé le mois dernier qu’elle ferait défaut sur une partie de ses 18,5 milliards de dollars de dette.

 

Source : Libération