Le FMI vient de publier un rapport accablant sur la dette mondiale… et personne ne s’en soucie

fmi-tunisie-l-economiste-maghrebin

La dette mondiale atteint désormais 152.000 milliards de dollars, un montant jamais atteint, a alerté le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié mercredi. Cette somme représente plus du double de la valeur de l’économie mondiale (225 % exactement).

Les deux tiers de cette dette proviennent du secteur privé, mais la dette publique des différents pays s’est aussi beaucoup développée depuis la crise financière. Ce phénomène a été favorisé par les taux d’intérêts très bas, voire négatifs, imposés par plusieurs grandes banques centrales. Beaucoup de gouvernements se sont en effet endettés au travers de programmes de relance pour tenter de faire repartir les économies nationales atones.

3 gros problèmes

La plus grande partie de la dette est concentrée dans les pays riches, mais la Chine a beaucoup plus emprunté qu’auparavant sur les dernières années. En outre, même si les pays plus pauvres sont relativement moins endettés, beaucoup ont eu tendance à augmenter fortement leur recours au crédit.

Marc Fiorentino de MonFinancier souligne que cette énorme dette mondiale pose 3 problèmes au monde : «  Tout d’abord cet océan de dettes qui recouvre la Terre n’a pas relancé l’économie. D’autre part, une dette, normalement, ça se rembourse. Mais comment rembourser une dette deux fois plus importante que l’économie mondiale ? Et enfin quid si les taux devaient remonter ? »

Le crédit est devenu irrésistible

Les rapports du FMI sont de plus en plus alarmistes. Récemment, l’Institution a prédit une croissance économique anémique dans les pays riches et mis en garde concernant le référendum en Grande-Bretagne et la montée du populisme avant les prochaines élections présidentielles américaines. Elle a aussi signalé qu’un tiers des banques européennes connaissaient des difficultés majeures qui perdureraient lorsque l’économie se redressera.

L’Institution «n’a pas envie de réitérer son erreur de 2008 avec des rapports optimistes à quelques mois de l’explosion de la plus grande crise mondiale depuis 1929 », analyse Fiorentino. Mais il déplore que personne ne tienne compte de ces avertissements, car avec les politiques d’assouplissement monétaire des grandes banques centrales (dont la BCE), les marchés sont inondés de liquidités, et le crédit est devenu irrésistible.

 

Source : L’Express

Publicités

Le « shadow banking », un système bancaire parallèle évalué à 67.000 milliards de dollars

Considérée comme un facteur d’aggravation de la crise financière mondiale, la « finance de l’ombre » (« shadow banking ») a atteint un niveau record de 67.000 milliards de dollars l’an dernier en dépit des appels répétés des dirigeants mondiaux à davantage de régulation de ce système bancaire parallèle.jpg

Source : Capital et La Tribune

Scandale Financier : George Soros a gagné 1 milliard en misant contre le yen

D’après le Wall Street Journal, le financier aurait gagné autour d’un milliard de dollars en pariant contre la monnaie nippone depuis le mois de novembre.

Eyes Sauron-The-Lord-Of-The-Rings Georges Soros

Georges Soros

Sources : La Tribune, L’Expansion, Les Echos, CapitalThe Guardian et The Telegraph

Entretien avec Olivier Delamarche : vers la faillite des Etats

Les pertes de JP Morgan sur les produits dérivés pourrait atteindre 9 milliards de dollars

Si JP Morgan perd 9 milliards de dollars, ce serait la plus grosse perte de trading de l’histoire devançant ainsi le trader Howie Hubler de la Morgan Stanley avec 8,67 milliards de dollars.

Après Jérôme Kerviel et ses 4,9 milliards d’euros perdu à la Société Générale, c’est également un français, Bruno Michel Iksil, surnommé  «la baleine de Londres», qui serrait à l’origine des pertes de la JP Morgan Chase & Co.

Sources : New York TimesLe Figaro, Le Monde et Investir

Cours de l’action JP Mogan : Boursier, Les Echos, Boursorama