Sondage : 62% des Français regrettent le service militaire

Seize ans après sa suppression par Jacques Chirac, le service national obligatoire est toujours approuvé par les Français. Nostalgie ? Pas seulement : même les moins de 35 ans le regrettent, selon un sondage Ifop pour Atlantico.

Publié le 14 juillet 2012
Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, visite les troupes françaises à Kaboul, en Afghanistan.

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, visite les troupes françaises à Kaboul, en Afghanistan. Crédit Reuters

Jérôme Fourquet : Six français sur dix éprouvent une forme de regret pour le service national, pour les plus âgés c’est peut être une forme de nostalgie. Cela montre que 16 ans après sa suppression, le service national obligatoire a créé un certain manque et vide, et que rétrospectivement il était paré d’un certain nombre de vertus qui pourraient s’avérer utiles dans la période actuelle, notamment en termes de brassage social, de cohésion nationale et de transmission d’un certain nombre de valeurs aux jeunes.

Ce chiffre n’a pas évolué depuis six ans, depuis la première fois qu’on a posé cette question. Il reste constant et majoritaire. On observe néanmoins un clivage gauche/droite, avec les sympathisants de gauche qui sont moins nostalgiques par rapport à ceux de l’UMP et a fortiori ceux du Front national.

 

 

Question : 16 ans après, regrettez-vous la suppression du service militaire obligatoire ?

 

Jérôme Fourquet : Les moins de 35 ans, qui sauf exception n’ont pas connu le service national, sont en gros à 50% de regret. Même chez eux, il y a une certaine nostalgie, qui s’explique peut-être par le fait qu’ils n’aient pas eu d’exemples concrets et parlants dans leur entourage. On voit quand même que les 18-24 ans sont un peu moins dans le regret : plus on monte en âge, plus le regret augmente, et passé 35 ans, il est très majoritaire, jusqu’à atteindre quasiment 80% sur les plus de 65 ans. Il y a donc un vrai clivage d’âge.

A ce clivage d’âge se superpose un clivage sociologique : les professions libérales et les cadres supérieurs sont partagés. C’est la catégorie qui échappait le plus au service militaire qui le regrette le moins. Dans les milieux populaires en revanche, le taux de regret est à 64% chez les employés, 67% chez les ouvriers. Il y a un rapport à l’autorité, à l’institution militaire, aux valeurs véhiculées par le service national, qui parlent plus aux classes populaires.

Dernier point marquant : il y a très peu d’écart homme/femme. Même les femmes sont très nombreuses à regretter le service militaire. Elles ne l’ont pas fait, mais peuvent se dire qu’il pouvait jouer un rôle au niveau de la société et des jeunes. Le clivage homme/femme était pourtant attendu : lorsqu’on leur demande s’il faut aller en Libye ou en Syrie, les hommes sont toujours plus nombreux à répondre par l’affirmative. Les femmes sont toujours plus réticentes sur les questions militaires, mais cette fois le différentiel n’est que de quatre points.

  

Sondage réalisé par téléphone du 12 au 13 juillet 2012 sur un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Source : Atlantico

À 3 jours du dimanche 26 mai 2013, la vidéo officielle de la manif pour tous

 

À 3 jours du dimanche 26 mai 2013, la vidéo officielle de la manif pour tous.

 

Pour ou contre, n’hésitez pas à laisser votre commentaire, c’est le rôle de la démocratie, chacun est libre de s’exprimer !

80% des français désapprouveraient le système capitaliste selon un sondage Ifop/La Croix

Dans un récent sondage effectué par Ifop-La Croix, pas moins de 80% des français interrogés désapprouvent le système capitaliste. Un quart d’entre-eux estiment même qu’il faut en sortir.

capitalisme

Source : Actualutte

Les Français n’attendront pas longtemps que le gouvernement revienne à la raison – L’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter

 Il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas s’apercevoir que, jour après jour, passé le temps de l’hébétude, le peuple de France est en colère. Il a exprimé le 6 mai, à une faible majorité mais majoritairement malgré tout, un désir de changement. Pas tant face à une politique mais à un homme décrié et vilipendé depuis cinq ans par des médias et des « penseurs » se croyant libertaires.

Ceux-là même qui ont voulu la tête de Sarkozy s’aperçoivent maintenant que son successeur est un homme indécis qui les conduit à la décadence, à la ruine de notre pays, et à la transgression organisée et irrrémédiable de nos valeurs les plus anciennes. A gauche comme à droite, la révolte s’installe, mais plus encore elle dépasse tous les clivages politiques et sociaux traditionnels, de telle sorte que vont se réunir en une masse objective les mécontentements issus de tous les horizons.

L’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter 

L’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter Malgré les contre-feux ici ou là allumés par les « stratèges » de l’Elysée, l’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter. Ecrasés par l’impôt et les conséquences du chômage auquel s’ajoute la crainte des intégrismes et de l’insécurité, les Français ne pourront pas attendre bien longtemps que les apprentis sorciers qui se sont emparés du pouvoir reviennent à la raison.

Ils savent qu’ils ne pourront malheureusement rien en attendre et qu’ils n’adopteront jamais une politique résolument volontariste et tournée vers le redressement de notre économie par le travail, le mérite, l’abaissement des charges et la récompense due à ceux qui travaillent et non ceux qui profitent. C’est contraire à leur culture, leur ADN, leurs ambitions.

Alors le printemps français est proche, même s’il ne ressemblera pas aux printemps arabes ni à la Révolution française. Il sera un mouvement de révolte et de refus, de résistance et de contres-pouvoirs, de lutte vers plus de vraie justice par de très profondes exigences de réformes structurelles fondées sur l’effort et le courage.

Source : flecher83 sur l’Express

Le FMI deux fois moins optimiste que le gouvernement français

Le Fonds monétaire international table sur une croissance de 0,4% en France en 2013, moitié moindre que celle prévue par le gouvernement. Les objectifs de Bercy en matière de déficit s’en trouvent fragilisés.

Sources : Easy Bourse et E&R

ONPC: Critiquer le christianisme – comme l’Islam – est de bon ton. Pourtant le christianisme, qu’on le veuille ou non, a façonné la France

http://twitter.com/Linformatrice/status/252162609288192000