Dieudonné, l’étincelle qui peut tout faire exploser ?

Manuel Valls a raison d’affecter une mine grave. Ce qui se passe avec Dieudonné est grave. Cela a tout de l’étincelle qui peut mettre le feu aux poudres. Le pays est travaillé par des tensions extrêmes, et le gouvernement commence à interdire à ceux qui le critiquent, je veux dire à ceux dont la critique est réelle car sincère, cohérente, et qui plus est drôle (c’est pour toutes ces raisons que l’audience de Dieudonné explose), le droit de s’exprimer.

dieudo-repIl n’en faut pas plus pour provoquer un soulèvement populaire, pour agréger des mécontentements disparates dans une même colère à l’endroit d’un pouvoir qui se replie sur lui-même. Un pouvoir si faible qu’il n’a plus que la force pour se défendre. Un tel pouvoir se déshonore en agissant de la sorte, car il révèle sa véritable nature totalitaire et policière.

« En finir », « éradiquer », « par mesure d’hygiène », « faire pression sur les directeurs de théâtres », « Supprimer la tentation en supprimant l’objet »… La Gestapo n’employait pas d’autres termes s’agissant de la programmation des théâtres sous l’occupation (revoir Le dernier métro); on est même plus dans la condamnation, on est dans la réification de l’autre. Et ce n’est même pas un membre du gouvernement qui parle, c’est Christophe Barbier, un soi-disant journaliste de l’opposition !

Se rend-t-on bien compte de ce qui se passe ? De la dérive totalitaire massive à laquelle nous assistons. Si le peuple ne réagit pas, ce n’est pas la télé qui le fera à sa place. La télé, c’est ce qui fait exister le système, les people seront toujours solidaires des politiques. Seuls les gens avec leur conscience, leurs bras, leurs jambes et leur clavier d’ordinateur peuvent aujourd’hui agir pour couper court à ce mauvais scénario orwellien qui prend forme sous nos yeux.

Si Dieudonné fédère des traditionnels catholiques aux jeunes arabes des cités et en passant par toutes les couches de la population, c’est parce qu’il dit quelque chose de simple que tout le monde comprend, et qui rassemble tous les Français : le roi est nu (i.e le système médiatico-politique vous entube).

Source : Nouvelles de France

Valeurs Actuelles « Roms l’overdose » : Le PS ne respecte pas la liberté de la presse

Communiqué de Valeurs Actuelles :

V« Le Parti Socialiste, par la voix de son porte-parole, Monsieur David Assouline, a accusé la couverture du numéro de Valeurs actuelles titrée « Roms l’overdose » de ce jeudi 22 août d’être« antirépublicaine ». La rédaction de Valeurs actuelles, par la voix de son directeur général, Yves de Kerdrel, exprime son indignation contre cette attaque diffamatoire, infondée, qui relève de l’intimidation et de la calomnie. Valeurs actuelles se réserve ainsi le droit de mener une action en justice..

Ce numéro montre, notamment à travers un sondage réalisé selon la méthode des quotas par l’institut Harris Interactive (auprès d’un échantillon de 1 895 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus) qu’une grande majorité des Français (86%), y compris des électeurs de gauche (74%), est radicalement opposée aux occupations illégales de terrains par les Roms. Ce dossier vise à désigner un problème de fond que le gouvernement est incapable de gérer, et non à stigmatiser une population qui subit l’impéritie de certains hommes politiques. Yves de Kerdrel appelle les responsables du Parti Socialiste à plus de retenue dans leurs propos, et à respecter la liberté et le pluralisme de la presse, indispensable au débat démocratique. Valeurs actuelles, créé il y a près d’un demi-siècle par Raymond Bourgine, est un journal républicain, qui défend avec force les principes fondateurs de notre démocratie. »

Ainsi fonctionne l’idéologue : quand il fait trop chaud, il brise le thermomètre.

Source : Le Salon Beige

Hausses d’impôts: la gauche a-t-elle frappé trop fort?

Par Emilie Lévêque publié le 22/08/2013 à 16:55

Alors que les avis d’imposition arrivent dans les boîtes aux lettres des Français, des voix s’élèvent au sein de la majorité pour demander un allègement de la pression fiscale. Les impôts vont pourtant continuer d’augmenter en 2014.

Hausses d'impôts: la gauche a-t-elle frappé trop fort?

Les impôts payés par les ménages ont augmenter de 1,1 point de revenu en 2013 et devraient encore augmenter en 2014.
AFP PHOTO / JOEL SAGET

C’est la désagréable surprise de la rentrée: comme chaque année au retour de vacances, les Français vont recevoir dans les prochains jours leurs avis d’imposition. Les premiers à destination des contribuables mensualisés partent dès demain, les autres arriveront mi-septembre, de même que les avis de paiement de l’impôt de solidarité sur la fortune.

La pilule risque d’être amère pour les quelque 36 millions de ménages qui vont devoir s’acquitter du solde de leur impôt sur le revenu de 2012 ainsi que pour les 300.000 ménages assujettis à l’ISF. Ils vont prendre à cette occasion la pleine mesure des hausses d’impôts votées par le gouvernement à l’automne dernier dans la loi de finances 2013.

La facture fiscale s’alourdit

Les ménages les plus aisés vont particulièrement devoir mettre la main au portefeuille. Une nouvelle tranche d’imposition à 45% pour les ménages dont les revenus dépassent 150.000 euros par part a été créée par la gauche au pouvoir. Elle concerne environ 50.000 contribuables et doit rapporter cette année 320 millions d’euros. S’ajoute, pour les ménages déclarant plus de 250.000 euros de revenus, la  » surtaxe Sarkozy  » de 3% et de 4% pour les ménages gagnant plus de 500.000 euros (soit un taux marginal d’imposition de 49%). Cette taxe a concerné 30.000 ménages en 2012 et rapporté 630 millions d’euros.

L’ISF a également été alourdi : l’ancien barème avec un taux marginal de 1,8% a été restauré, contre 0,5% sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Résultat : le rendement de l’ISF devrait rapporter plus de 5 milliards d’euros cette année contre 4,3 milliards en 2012. Les plus valus values mobilières sont désormais taxées à 24% contre 19% auparavant. La plafond des niches fiscales a quant à lui été raboté de 15%, à 18.000 euros majorés de 4% du montant du revenu imposable.

Les riches ne sont pas les seuls concernés par les hausses d’impôts. Les classes moyennes aussi. La mesure la plus douloureuse prise par le gouvernement Ayrault est la poursuite du gel du barème de l’impôt sur le revenu décidé pour 2011 et 2012 par la précédente majorité. La non indexation des taux d’imposition sur l’inflation a un impact fort et touche tous les ménages. En 2012, près d’un million de contribuables ont ainsi été soumis à l’impôt alors qu’ils ne l’étaient pas auparavant. Même si les ménages les plus modestes – ceux soumis aux deux premières tranches de l’IR – seront épargnés, le gel du barème va se traduire par une hausse d’impôt de 2% pour près de 16 millions de foyers fiscaux.

Enfin, le plafond du quotient familial, la réduction d’impôt liée à chaque enfant, a été abaissé de 2.336 à 2.000 euros jusqu’au deuxième enfant (4.000 au-delà). Cette baisse va toucher 2,5% des ménages, soit quelque 883.000 foyers sur un total de 7 millions bénéficiant du quotient, et rapporter 490 millions d’euros. Au total, ces hausses d’impôts vont induire une hausse des cotisations et des impôts payés par les ménages de l’ordre de +1,1 point de revenu en 2013, selon l’Insee. Une ampleur comparable à 2012.

La hausse va se poursuivre en 2014

Et ce n’est pas fini. Les impôts vont continuer d’augmenter l’an prochain. La promesse de stabilisation de la pression fiscale a été repoussée à 2015. Pour tenir l’objectif de ramener le déficit public sous 3% du PIB dès 2014, six milliards d’euros d’impôts nouveaux sont prévus et six autres devront être trouvés pour compenser la fin de certains dispositifs fiscaux.

Au menu : alourdissement de la fiscalité du capital, taxation des plus-values de cession, nouveau coup de rabot sur le plafond des niches fiscales, abaissement du quotient familial, suppression de la réduction d’impôts pour frais de scolarité. A cela s’ajoutera une hausse de la TVA pour financer le crédit d’impôt compétitivité et emploi pour les entreprise. La CSG devrait elle aussi augmenter pour financer les retraites, de 0,2 à 0,5 point.

Conséquence: le taux des prélèvements obligatoires va atteindre 46,5% du PIB en 2014, contre 46,3% cette année et 45% en 2012. Un niveau record qui commence à inquiéter au sein de la majorité et même du gouvernement.

La majorité prend conscience du « ras-de-bol fiscal »

Pour les Français, la coupe est pleine. Ils en ont « ras-le-bol ». Le mot a été lâché par Pierre Moscovici. « Je suis très sensible à ce ras-le-bol fiscal que je ressens de la part de nos concitoyens, qu’ils soient des ménages, des consommateurs ou qu’ils soient des entreprises », a reconnu lundi 20 août le ministre de l’Economie et des Finances au micro de France Inter.

« Il y a un point limite lorsque le système fiscal donne le sentiment que ceux qui travaillent et investissent ne le font plus que pour payer des impôts », a déclaré Julien Dray, vice-président PS de l’Ile-de-France, dans une interview ce jeudi à L’Opinion. « Il faut faire attention parce qu’il y a un niveau [en matière de fiscalité] au-delà duquel on ne doit pas monter », a renchérit aujourd’hui sur RMC-BFMTV le numéro deux du gouvernement, Laurent Fabius. Le ministre des Affaires étrangères , qui fut ministre de l’Economie et des Finances de 2000 à 2002 dans le gouvernement de Lionel Jospin, ne rate jamais une occasion de mettre son grain de sel dans les questions budgétaires.

Des voix s’élèvent pour alléger la pression fiscale

Dans un billet mis en ligne sur son blog mardi 20 août, le député socialiste de l’Essonne Thierry Mandon, porte-parole du groupe PS à l’Assemblée, suggère de revenir partiellement la fin de l’exonération fiscale des heures supplémentaires, mesure phare de l’ère Sarkozy abrogée par le gouvernement à son arrivée au pouvoir, à l’été 2012. Il propose de créer une mesure de franchise des heures supplémentaires exceptionnelles et faiblement rémunérées qui permettrait aux salariés les plus modestes d’être exonérés d’impôt sur le revenu.

Cette initiative a reçu le soutien de Laurent Grandguillaume, député PS de la Côte-d’Or. Les centristes de l’UDI ont renchéri en proposant ce jeudi la défiscalisation des heures supplémentaires pour tous les salariés qui gagnent moins de deux fois le SMIC et pour les PME de moins de 50 salariés. On croyait le débat sur les heures sup’ enterré, il ne l’est pas.

L’UMP fait déjà bataille sur la baisse des impôts

L’UMP, elle, semble avoir trouvé son cheval de bataille pour les prochaines échéances électorales : la baisse des impôts. Laurent Wauquiez, vice-président de l’UMP, a proposé ce jeudi dans une interview jeudi au groupe de quotidiens de province Ebra (Le Progrès, les DNA, etc.) « un pacte » pour les municipales dont le premier point serait le refus de toute augmentation d’impôts.

Dans une interview au Figaro magazine à paraître vendredi, Jean-François Copé, le président de l’UMP, affirme que son camp devra « assumer une baisse massive des impôts » à son retour au pouvoir. Une promesse qui trouvera certainement plus d’écho dans l’opinion publique que celle du gouvernement de stabiliser les impôts.

 

Source : L’expansion

Clément Méric, mort et récupéré

clement meric gauche

Je suis presque sûr que Robert de Maubeuge aussi bien que Kader de Villetaneuse rigolent devant leur écran plat. Oh non, ils ne rigolent pas dela mort du pauvre Clément, ils ne sont pas des bêtes, et moi non plus, ils sont tristes comme tout le monde et peut-être le soir dans leur lit disent-ils pour son âme les pauvres mots qui leur restent comme une prière à quelque force supérieure inconnue. Oh non, ils ne rient pas parce qu’ils n’aiment pas la mort, même quand c’est celle d’un jeune homme qu’ils ne connaissaient pas.

Mais ils rigolent fort et à gorge déployée devant l’opération de récupération la plus minable et la plus sordide des dix dernières années. Résumons-nous : un groupuscule d’antifas se rend à une vente de vêtements où il sait qu’il rencontrera nécessairement des skins. Une fois sa proie localisée et dûment échauffée à coup d’insultes et de « tar-ta-gueule à la récré », ledit groupuscule se lance dans la bagarre. Tragique baston qui s’achève par la mort d’un jeune homme. Aussitôt les skinheads sont accusés. Parfait. Cela s’appelle un homicide, involontaire ou pas, je ne sais, que justice passe. Mais aussitôt, tous les gauchistes du monde crient à la « marque de l’extrême droite », aux années 30 et au retour du fascisme. Aussitôt ils érigent Clément en martyr du nazisme et réclament l’interdiction, la dissolution de toute l’extrême droite, du Front national, voire de l’UMP et de la Manif pour tous. Alors Robert, et Kader, et moi, nous rigolons. De joie murayenne devant l’absurdité du temps, ou de désespoir devant la chute définitive de la raison, je ne sais pas non plus.

Mais nous rigolons quand nous lisons que l’extrême droite a le monopole de la violence. Nous rigolons quand nous nous souvenons de ces manifs altermondialistes – et j’en étais, je peux en témoigner – où les black blocs ravageaient des quartiers entiers, incendiaient des banques, lapidaient des policiers et mettaient à sac des épiceries. Sans doute des gens d’extrême droite, comme les autonomes de Montreuil et leurs barres de fer, les milices de la CNT cagoulées qui font régner la terreur quand des vieillards anti-avortements s’enchaînent aux hôpitaux.

Des skins qui mettent la France en coupe réglée, qu’y disent. Que celui qui a croisé une bande de skins dans les rues de Paris ces dix dernières années lève le doigt. Ils sont peut-être vingt, ces JNR, dans tout le pays, mais il est certain qu’ils menacent l’ordre public, tiennent le trafic de drogue, celui des armes à feu, et détroussent des jeunes filles après les avoir violées tous les soirs dans tous les arrondissements de Paris. C’est bien simple, leurs quartiers de banlieue sont devenus des forteresses dans lesquelles la police n’ose plus s’aventurer, des Etats dans l’Etat. Quelquefois ils font des nuits de cristal aussi, mais les médias ont tellement peur qu’ils n’en parlent même pas.

Robert, Kader et moi, nous rigolons bien. Surtout quand nous entendons le ministre de l’Intérieur qui asperge les petites filles de lacrymo et coffre les gamins à T-shirt rose nous annoncer, de concert avec le Premier Ministre et le président de la République, que l’ordre public vacille à cause de vingt ploucs au crâne rasé.

Nous rigolons encore quand c’est Pierre Bergé dans son 500 m2 de gauche qui nous insulte, en tant que manifestants contre la loi Taubira, nous tenant pour responsables d’une vente de fringues Fred Perry. Nous attendons avec impatience de connaître les origines sociales des skins interpellés pour savoir si la guerre civile aujourd’hui a lieu entre « chasseurs de skins » de Sciences Po et skins prolos. Nous rigolons toujours en songeant à cette gauche française qui crie à la haine après avoir protégé des écrivains italiens des Brigades rouges aux mains tâchées du sang des assassins.

Nous rigolons quand des communistes nous appellent à la non-violence. Nous rigolons devant cette mascarade atroce où un pauvre garçon tombé pour rien devient le symbole d’une gauche sans cause. Nous rigolons en imaginant le nombre de points que va prendre Marine Le Pen dans les sondages après ça.
« Je voudrais que la jeunesse de France fasse le serment de ne plus mentir », disait Bernanos. Ça vaut aussi pour les quinquas de gauche.

Source : Causeur

Comment les Maires pourront refuser de marier des couples homosexuels

Mais sauf énorme surprise un pouvoir autiste promulguera la loi Taubira. Les maires seront alors en première ligne. Ils pourront, certes, refuser de prononcer ces parodies de mariage mais s’exposeront à des poursuites pénales pour discrimination « homophobe ». Un collectif d’avocats a trouvé la parade juridique : que les maires refusent, en tant qu’agents de l’Etat, d’accomplir aucun acte d’état civil. Dans ce cas le Code des communes est précis : il ne prévoit aucune poursuite pénale contre les maires (et ne les prive d’aucun pouvoir comme agents de la commune) mais contraint l’Etat à se substituer à eux dans l’exercice des tâches administratives d’Etat. Voici donc une solution élégante qui permet aux maires (et à leurs adjoints) d’être en règle avec leur liberté de conscience, sans courir des risques pénaux et en transférant des tâches aux préfets nommés par Manuel Valls.

Voici le texte qu’un collectif d’avocats a adressé à Polémia. Un modèle de lettre à adresser au préfet de leur département pour permettre aux maires d’entrer en résistance citoyenne.

« Suite à une demande émanant d’élus entendant invoquer leur liberté de conscience pour ne pas célébrer de mariage homosexuel, un collectif d’avocats et de juristes a étudié les risques encourus, notamment au plan pénal, du fait des textes réprimant la discrimination, et a suggéré une solution sous la forme des projets de lettre que vous trouverez ci-après… »

Monsieur le Préfet,

En qualité de maire, j’exerce à la fois des attributions au nom de la commune, par délégation du conseil municipal, et au nom de l’Etat, par l’effet de la loi.

Parmi ces dernières, celles d’officier d’état civil, prévues par l’article L 2122-32 du Code général des collectivités territoriales.

Le vote de la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe dénature cette institution et emporte de graves conséquences sur la filiation et l’adoption. Elle impose à l’officier d’état civil que je suis un acte contraire à toutes mes convictions.

Le président de la République, François Hollande, lors du Congrès des maires de France du 20 novembre 2012, déclarait à l’époque au sujet de ce projet :

« Je connais les débats qu’il suscite, ils sont légitimes dans une société comme la nôtre. Les maires sont des représentants de l’Etat. Ils auront, si la loi est votée, à la faire appliquer. Mais je le dis aussi, vous entendant : des possibilités de délégation existent. Elles peuvent être élargies et il y a toujours la liberté de conscience. La conception de la République vaut pour tous les domaines et, d’une certaine façon, c’est la laïcité, c’est l’égalité : c’est-à-dire que la loi s’applique pour tous, dans le respect, néanmoins, de la liberté de conscience. »

J’entends me prévaloir de cette liberté de conscience, mais je ne ferai pas supporter à l’un ou l’autre de mes adjoints une obligation que je refuse d’assumer moi-même.

Il appartient à l’Etat et à ses fonctionnaires de remplir ce rôle.

Aussi, je vous prie de prendre acte que je n’accomplirai plus aucun acte d’état civil à effet de la date de promulgation de la loi.

Je vous rappelle à cet égard l’article L 2122-34 du Code général des collectivités territoriales qui dispose : « Dans le cas où le maire, en tant qu’agent de l’Etat, refuserait ou négligerait de faire un des actes qui lui sont prescrits par la loi, le représentant de l’Etat dans le département peut, après l’en avoir requis, y procéder d’office par lui-même ou par un délégué spécial. »

Je vous laisse dès lors le soin de prendre les dispositions de substitution nécessaires.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma considération distinguée.

 

Source : Polémia et La-dissidence

Marine Le Pen face au chrétiens, contre le mariage et l’adoption homosexuel


Invitée de l’émission Face aux Chrétiens, Marine Le Pen, présidente du Front National, députée européenne, n’exclut pas d’appeler à manifester, y compris avec l’UMP contre la loi sur le mariage homosexuel. Elle ne trouve rien de bon dans les 6 mois de pouvoir gouvernemental socialiste : « C’est une catastrophe, une agitation, car il n’ y a aucune ligne. François Hollande est un mauvais pilote car il est assis à la place du passager et c’est l’Europe qui conduit ». Sur le plan international, Marine Le Pen s’oppose à toute intervention armée en Syrie.
Émission du 01/11/2012.

Les Français n’attendront pas longtemps que le gouvernement revienne à la raison – L’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter

 Il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas s’apercevoir que, jour après jour, passé le temps de l’hébétude, le peuple de France est en colère. Il a exprimé le 6 mai, à une faible majorité mais majoritairement malgré tout, un désir de changement. Pas tant face à une politique mais à un homme décrié et vilipendé depuis cinq ans par des médias et des « penseurs » se croyant libertaires.

Ceux-là même qui ont voulu la tête de Sarkozy s’aperçoivent maintenant que son successeur est un homme indécis qui les conduit à la décadence, à la ruine de notre pays, et à la transgression organisée et irrrémédiable de nos valeurs les plus anciennes. A gauche comme à droite, la révolte s’installe, mais plus encore elle dépasse tous les clivages politiques et sociaux traditionnels, de telle sorte que vont se réunir en une masse objective les mécontentements issus de tous les horizons.

L’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter 

L’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter Malgré les contre-feux ici ou là allumés par les « stratèges » de l’Elysée, l’incendie se propage et il semble que rien ne pourra l’arrêter. Ecrasés par l’impôt et les conséquences du chômage auquel s’ajoute la crainte des intégrismes et de l’insécurité, les Français ne pourront pas attendre bien longtemps que les apprentis sorciers qui se sont emparés du pouvoir reviennent à la raison.

Ils savent qu’ils ne pourront malheureusement rien en attendre et qu’ils n’adopteront jamais une politique résolument volontariste et tournée vers le redressement de notre économie par le travail, le mérite, l’abaissement des charges et la récompense due à ceux qui travaillent et non ceux qui profitent. C’est contraire à leur culture, leur ADN, leurs ambitions.

Alors le printemps français est proche, même s’il ne ressemblera pas aux printemps arabes ni à la Révolution française. Il sera un mouvement de révolte et de refus, de résistance et de contres-pouvoirs, de lutte vers plus de vraie justice par de très profondes exigences de réformes structurelles fondées sur l’effort et le courage.

Source : flecher83 sur l’Express