Une molécule issue du cholestérol aux propriétés anticancéreuses

Des chercheurs de l’Inserm viennent de découvrir la dendrogénine A, une molécule dérivée du cholestérol qui pourrait être utilisée pour le traitement de certains cancers.

 

La dendrogénine A pourrait notamment servir de traitement contre le cancer du sein.

 

 

Si le cholestérol en trop grande quantité dans l’organisme est bien connu pour ses effets néfastes sur la santé, une découverte pourrait bien réhabiliter sa réputation. Selon des chercheurs de l’Inserm, l’une de ses molécules aurait des propriétés insoupçonnables contre le cancer. Du nom de dendrogénine A, elle serait capable de s’attaquer aux cellules tumorales qui se développent dans l’organisme.

« Cette molécule, que l’on peut trouver chez tous les mammifères, n’avait jamais été mise en évidence jusqu’ici », explique à MetroSandrine Silvente-Poirot, coauteur de l’étude. « On s’est rendu compte qu’elle était beaucoup moins présente chez les personnes atteintes d’un cancer, ce qui laisse penser qu’elle est très importante pour le système immunitaire ». Partant de ce principe, les chercheurs l’ont synthétisée avant de l’administrer à des souris atteintes de tumeurs cancéreuses.

De la molécule au traitement

Résultat : la dendrogénine A a bel et bien réduit les tumeurs des rongeurs, prolongeant ainsi leur espérance de vie. Les travaux, publiés dans la revue Nature Communication, affirment que son administration a permis aux scientifiques de contrôler la prolifération des cellules cancéreuses. « Nos résultats suggèrent que cette molécule inhibe la croissance des tumeurs en reprogrammant les cellules nocives pour qu’elle redevienne ‘normale' », ajoute Sandrine Silvente-Poirot.

À terme, les chercheurs espèrent bien utiliser cette molécule pour élaborer un traitement contre plusieurs types de cancers à l’instar de celui qui touche le sein, où la dendrogénine A est particulièrement absente. Des études sont d’ores et déjà lancées pour trouver la meilleure voie d’injection (voie orale ou sous-cutanée) mais, selon Sandrine Silvente-Poirot, des tests cliniques pourraient être menés sur l’homme d’ici deux ans.

Source : Metro

Aluminium : Attention danger !

Souple et inoxydable, il emballe par ses propriétés physiques mais fait peser des risques sur notre santé et l’environnement. Le point sur l’aluminium à travers une enquête implacable et un débat.

 Allemagne/Autriche, 2013, 1h29mn
Plongée dans le cycle infernal de l’aluminium, des ravages causés par l’extraction de la bauxite aux résidus que les sels et dérivés de ce métal laissent dans notre corps. Les propriétés de l’aluminium – malléable, léger, inoxydable – en font un métal fascinant, précieux dans le secteur de l’architecture. Mais son utilisation dans les emballages, en chimie alimentaire, dans les produits de cosmétique et la pharmacopée pose problème.
Des études ont prouvé que l’aluminium, ses composants, ses sels ou ses dérivés favorisaient l’apparition du cancer du sein, d’allergies, d’infections auto-immunes, voire de la maladie d’Alzheimer. Les meilleurs gisements de bauxite se trouvent sous les tropiques, en Afrique de l’Ouest, en Australie, en Inde et en Jamaïque. Mais c’est à Porto Trombetas dans le nord du Brésil que se situe l’une des mines les plus rentables au monde, aux mains d’une multinationale. Pour l’exploiter, il faut abattre chaque année l’équivalent de 250 terrains de football de forêt humide primaire, essentielle à la biodiversité. Les boues rouges liées à l’extraction sont toxiques, comme l’a montré la catastrophe écologique survenue en Hongrie en 2010.

Les FEMEN seins nus à Notre-Dame de Paris pour fêter le départ de Benoit XVI

 

Une des images de leur site officiel, au non de l’égalité…, des testicules sont fièrement arborées…

femen

 

 

Vidéos et articles qui en disent un peux plus sur leur mouvement.

 

Les FEMEN : ni putes ni soumises ? (E&R) (Sam Révolte)

Alors FEMEN le jour, call girl la nuit ? (Homme Libre)

 

Le recteur de Notre-Dame porte plainte contre les Femen (Le Point)

Delanoë et Valls condamnent l’action des Femen (Le Point)