Poutine : « Monsieur Kerry ment et il sait qu’il ment. C’est pitoyable. »

Publicités

Syrie : le pape François, un anti-guerre de poids

Le pape François, dimanche.

Le souverain Pontife multiplie les initiatives pour rallier à ses options pacifistes. En France, l’épiscopat est plus réservé.

Opposé à une intervention militaire des Occidentaux en Syrie, le pape François a multiplié, depuis une semaine, les initiatives pour rallier à ses options pacifistes.

Après avoir adressé une lettre, jeudi, au président russe Vladimir Poutine à l’occasion du G20 et convoqué, le même jour, au Vatican les ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège, il a présidé, samedi soir, une veillée de prière sur la place Saint-Pierre. Devant 100 000 personnes, le pape a plaidé pour la paix et dénoncé la guerre comme «une faillite pour l’humanité». Une nouvelle fois, dimanche, il a appelé à «une juste solution au conflit fratricide». «Cela implique, entre autres, de dire non à la haine fratricide et aux mensonges dont on se sert, à la violence sous toutes les formes, à la prolifération des armes et à leur commerce illégal», a déclaré le chef de l’Église catholique.

Cet engagement de Bergoglio se situe dans la droite ligne de celle de Jean-Paul II qui, en 2003, s’était opposé à la guerre en Irak. Après la parenthèse du pontificat «théologique» de Benoît XVI, le pape François donne des contours plus «politiques» à son action. Officiellement, le Vatican redoute, si les États-Unis et la France persistaient dans leur option militaire, une extension du conflit syrien à l’échelle régionale.Même si le pape n’y a jamais fait directement allusion, l’Église catholique est aussi fortement préoccupée du devenir des minorités chrétiennes au Moyen Orient, sous pression localement de la montée en puissance des groupes islamistes. Le conflit irakien a ainsi provoqué une hémorragie des chrétiens chaldéens dont un nombre conséquent avait d’ailleurs trouvé refuge en Syrie.
Poids dans l’opinion publique

Limitées dans leurs effets diplomatiques, les prises de position du pape risquent cependant de peser sur les opinions publiques, déjà rétives à des frappes occidentales en Syrie. La veillée de prière, samedi soir, sur la place Saint-Pierre, a donné une caisse de résonnance particulière aux positions pacifistes du pape François. A travers toute la planète, les autorités catholiques ont relayé le «Syria day» de Bergoglio, multipliant les initiatives localement. À Damas, un millier de chrétiens se sont réunis, samedi soir, dans la cathédrale Notre-Dame-de la Dormition autour du patriarche des melkites, Grégoire III Laham. À Paris, les catholiques avaient rendez-vous à la basilique du Sacré cœur à Montmartre. À Lyon, le cardinal Philippe Barbarin et le recteur de la grande Mosquée de la ville, Kamel Kabtane se sont associés pour prier pour la paix.

Même si les initiatives ont fleuri dans tout l’Hexagone, l’épiscopat catholique français fait preuve malgré tout d’une certaine réserve politique, prenant garde de ne pas critiquer les choix de la France en faveur d’une intervention en Syrie. Jusqu’à présent, la conférence épiscopale n’a fait aucune déclaration sur le sujet. Commentant la journée de mobilisation de samedi, le cardinal-archevêque de Bordeaux, Jean-Pierre Ricard précisait même qu’elle «n’était pas dirigée contre des pays, les Etats-Unis ou la France».

Cette réserve des évêques français, mue par la volonté de ne pas ouvrir une nouvelle polémique avec le gouvernement après la bataille contre le mariage gay, tranche nettement avec l’engagement de leurs homologues aux Etats-Unis. Les évêques américains mènent un intense lobbying contre le projet de frappes militaires en Syrie. Relayant la position du pape, le cardinal-archevêque de New York, Timothy Dolan, président de la conférence épisocopale, a ainsi écrit, la semaine dernière, aux réprésentants et aux sénateurs pour faire part de son opposition à une intervention armée. En 2003, avant le déclenchement de la guerre en Irak, les responsables catholiques américains, empêtrés à l’époque dans les scandales de pédophilie, s’étaient montré plus discrets.

 

Source : Libération

The elites need a fabricated Apocalypse

Submitted by Brandon Smith of Alt-Market blog,

For years now at Alt-Market (and Neithercorp.us) I have carefully outlined the most likely path of collapse to take place within the U.S., and a vital part of that analysis included economic destabilization caused by a loss of the dollar’s world reserve status and petro-status.  I have also always made clear that this fiscal crisis event would not occur in the midst of a political vacuum.  The central banks and international financiers that created our ongoing and developing disaster are NOT going to allow the destruction of the American economy, the dollar, or global markets without a cover event designed to hide their culpability.  They need something big.  Something so big that the average citizen is overwhelmed with fear and confusion.  A smoke and mirrors magic trick so raw and soul shattering it leaves the very population of the Earth mesmerized and helpless to understand the root of the nightmare before them.  The elites need a fabricated Apocalypse.

Enter Syria…

I have been warning about the Syrian trigger point for a very long time.  Syria’s mutual defense pact with Iran, its strong ties to Russia, the Russian naval base off its coast, the advanced Russian weaponry in it’s arsenal, its proximity to vulnerable oil shipping lanes, all make the nation a perfect catalyst for a global catastrophe.  The civil war in Syria is already spreading into neighboring countries like Iraq, Jordan, and Lebanon, and if one looks at the facts objectively, the entire war is a product of covert action on the part of the U.S. and its allies.

The U.S. trained, armed, and funded the insurgency using Al Qaeda operatives.  Saudi Arabia has sent funding and arms as well.  Israel has aided the rebels using air strikes within Syria’s borders (even though this means that the Israeli government is essentially helping their supposed mortal enemies).  This war would NOT be taking place today without the express efforts of the West.  Period.

If one takes more than a brief examination of the Syrian insurgency, they would find an organization of monsters.  Wretched amoral wetwork ghouls whose crimes have been thoroughly documented, including the mass executions of unarmed captured soldiers, the torture and beheading of innocent civilians, the mutilation and cannibalism of dead bodies, and the institution of theological tyranny on a terrified populace.  The U.S. created and unleashed these demons, and now, we the people are being asked by the White House to support them through force of arms.

But what is the goal here…?

The goal, I believe, is to utterly transform the world’s political, economic, and social systems.  The goal is to generate intense fear; fear that can be used as capital to buy, as the globalists call it, a “new world order”.  Syria is the first domino in a long chain of calamities; what the Rand Corporation sometimes refers to as a “linchpin”.  As I write this, the Obama Administration is moving naval and ground forces into position and clamoring in a painfully pathetic fashion to convince the American public that 90% of us are “wrong” and that a strike on Syria is, in fact, necessary.  It appears that the establishment is dead set on starting this chain reaction and accelerating the global collapse.  So, if a strike does occur, what can we expect to happen over the next few years?  Here is a rundown…

1) Many U.S. allies will refrain from immediate participation in an attack on Syria.  Obama will continue unilaterally (or with the continued support of Israel and Saudi Arabia), placing even more focus on the U.S. as the primary cause of the crisis.

2) Obama will attempt to mitigate public outcry by limiting attacks to missile strikes, but these strikes will be highly ineffective compared to previous wars in Iraq and Afghanistan.

3) A no fly zone will be established, but the U.S. navy will seek to stay out of range of high grade Russian missile technology in the hands of Syria, and this will make response time to the Syrian Air Force more difficult.  Expect much higher American naval and air force casualties compared to Iraq and Afghanistan.

4) Iran will immediately launch troops and arms in support of Syria.  Syria will become a bewildering combat soup of various fighting forces battling on ideological terms, rather than over pure politics and borders.  Battles will spread into other countries, covertly and overtly, much like during Vietnam.

5) Israel will probably be the first nation to send official ground troops into Syria (and likely Iran), citing a lack of effectiveness of U.S. airstrikes.  American troops will follow soon after.

6) Iran will shut down the Straight of Hormuz sinking multiple freighters in the narrow shipping lane and aiming ocean skimming missiles at any boats trying to clear the wreckage.  Oil exports through the straight of Hormuz will stop for months, cutting 20% of the world’s oil supply overnight.

7) The Egyptian civil war, now underway but ignored by the mainstream, will explode due to increased anger over U.S. presence in Syria.  The Suez Canal will become a dangerous shipping option for oil exporters.  Many will opt to travel around the Horn of Africa, adding two weeks to shipping time and increasing the cost of the oil carried.

8) Saudi Arabia will see an uprising of insurgency that has been brewing under the surface for years.

9) Gasoline prices will skyrocket.  I am predicting a 75%-100% increase in prices within two-three months of any strike on Syria.

10) Travel will become difficult if not impossible with high gasoline costs.  What little of our economy was still thriving on vacation dollars will end.  Home purchases will fall even further than before because of the extreme hike in travel expenses required for families to move.

11) Russia will threaten to limit or cut off all natural gas exports to the EU if they attempt to join with the U.S. in aggression against Syria.  The EU will comply due to their dependency on Russian energy.

12) Russia will position naval forces in the Mediterranean to place pressure on the U.S.  I feel the possibility of Russia initiating direct confrontation with the U.S. is limited, mainly because countries like Russia and China do not need to engage the U.S. through force of arms in order to strike a painful blow.

13) China and Russia will finally announce their decision to drop the dollar completely as the world reserve currency.  A process which already began back in 2005, and which global banks have been fully aware of for years.

14) Because of China’s position as the number one exporter and importer in the world, many nations will follow suit in dumping the dollar in bilateral trade.  The dollar’s value will implode.  China, Russia, and the war in Syria will be blamed, and global banks including the Federal Reserve will be ignored as the true culprits.

15) The combination of high energy prices and a devaluing dollar will strike retail prices hard.  Expect a doubling of prices on all goods.  Look for many imported goods to begin disappearing from shelves.

16) Homelessness will expand exponentially as cuts to welfare programs, including food stamps, are made inevitable.  However, welfare will not disappear, it will merely be “adjusted” to fit different goals.  The homeless themselves will be treated like criminals.  The roaming bands of jobless drifters common during the Great Depression will not exist during a modern crisis.  State and Federal agencies will pursue an “out of sight, out of mind” policy towards the indigent, forcing them into “aid shelters” or other bureaucratic contraptions designed to conditioning the homeless to accept refugee status, making them totally dependent on federal scraps, but also prisoners on federally designated camps.

17) Terrorist attacks (false flag or otherwise) will spread like wildfire.  Israel is highly susceptible.  The U.S. may see a string of attacks, including cyber attacks on infrastructure.  Syria and it’s supporters will be blamed regardless of evidence.  The White House will begin broad institution of authoritarian powers, including continuity of government executive orders, the Patriot Act, the NDAA, etc.

18) Martial Law may not even be officially declared, but the streets of America will feel like martial law none the less.

19) False paradigms will flood the mainstream as the establishment seeks to divide American citizens.  The conflict will be painted as Muslim against Christian, black against white, poor against rich (but not the super rich elites, of course).  Liberty Movement activists will be labeled “traitors” for “undermining government credibility” during a time of crisis.  The Neo-Conservatives will place all blame on Barack Obama.  Neo-Liberals will blame conservatives as “divisive”.  Liberty Movement activists will point out that both sides are puppets of the same international cabal, and be labeled “traitors” again.  The establishment will try to coax Americans into turning their rage on each other.

20) The Homeland Security apparatus will be turned completely inward, focusing entirely on “domestic enemies”.  The domain of the TSA will be expanded onto highways and city streets.  Local police will be fully federalized.  Northcom will field soldiers within U.S. border to deal with more resistant quarters of the country.  Totalitarianism will become the norm.

What Can We Do Right Now?

The level of collapse, I suspect, will not be total.  The government is not going to disappear, rather, it will become more dominant in its posture.  Certain sections of the country will be maintained while others fall apart.  The IMF will move in to “help” the ailing U.S. economy by tying funding to the SDR (Special Drawing Rights).  America’s economy will be absorbed by the IMF.  Constitutional protections will be fully erased in the name of reestablishing “law and order”, with the promise that the loss of our civil liberties is “only temporary”.

If the U.S. strikes Syria, and refuses to disengage, these things WILL happen.  So, the next question is what can we do about it?

1) Given that this crisis is going to be riding a wave of extremely high energy prices, every single Liberty Movement activist (and every American for that matter) should be stockpiling energy reserves.  Motor oil, gasoline (with gas saver), diesel fuel, propane, etc. should be at the top of your list right now.  A generator should be next.  Prices are only going to rise from here on out.  Buy reserves now, before it is too late.

2) Everyone in the Liberty Movement should have at least minimal solar power capability.  A couple of 100 watt panels, an inverter, a charge controller, and two-four deep cycle batteries can be had for under $1000.  You may not be able to run your house on it, but you can at least charge important electronics, run a well pump, run some lights, a security system, etc.

3) The internet as we know it will no longer exist.  The White House will apply preexisting executive orders on U.S. communications to restrict internet use, or, a convenient cyber attack will take place, opening the door for federal controls.  The web will likely still operate, but only as a shell of its former greatness.  Certain sites and email providers will be designated “safe”, while others will be designated “unsafe”.  This leaves a gaping hole in our society’s ability to communicate information quickly and efficiently, and, it removes the alternative media from the picture.  The best solution I can present for this problem is Ham Radio, which is very difficult for the establishment to shut down.  Ham Radio communication chains could take the place of the internet as a lower-tech but useful means of spreading information across the country.  In the next few months, EVERYONE in the Liberty Movement should have a Ham Radio set, or handheld model, and they should know how to use it.

4) Harden your home during the next few months.  Place security bars on windows, and replace weak doors with steel core doors. An internal lock bar will still frustrate entry by those who might blast hinges.  Add a fire suppression system for good measure.  This might sound like overkill, but if you want to be able to sleep at night during such an event, you must make your home your castle.  No one should be able to enter your house without your permission.

5) Learn a useful trade right now.  If you don’t already know how to produce or fix a necessary item or commodity, take the next six months to learn how.  If you don’t know how to teach a valuable skill, get to work.  Barter and trade will become the primary method of economy during a dollar collapse. Make sure you are sought after within your local economy.

6) Cache items before winter begins.  Do not assume you will be able to stay on your homestead indefinitely.  There are no guarantees during collapse.  A wildfire could reduce your neighborhood to ashes in hours.  Your home could be overrun.  Make sure you have secondary supplies in a safe location just in case.

7) Find two friends (or more) right now that are willing to coordinate with you in the event that the worst happens.  This means mutual aid and defense.  This means predetermined arrangements for supplies, communications, meeting spots, and security.  Do it now.  Do not wait until our situation worsens.

8) Buy six months worth of food over the course of the next two months.  Bulk food, freeze dried, MRE’s, whatever.  Just buy it.  Have a lot of food already?  I don’t care.  Buy six more months of supplies now.  You’ll thank me later.

9) Cultivate nutrient rich soil before winter begins.  Buy a truckload of planting soil and manure and create a garden space if you have not already.  Purchase extensive seed storage.  Compile books on growing methods.

10) Gauge the temperament of your neighborhood.  If all of your neighbors are mindless brain eating zombies, then perhaps it would be better to share a home with a prepared family member in another region now.  If not, then start a neighborhood watch.  Two or three families working together is far stronger than only one, and can change the temperament of an entire block of homes.

11) Train for tactical movement over the next three months.  Learn how to move, shoot, and communicate as a team.  Learn your strengths and weaknesses today or suffer the consequences tomorrow.

12) Prepare yourself mentally for conflict and self defense.  Sign up for at least six months of hand to hand defense training.  Learn how to deal with the mental and emotional strain of another person trying to harm you.  Get used to the idea, because where we’re headed, someone, at some point, will probably want to do you in.  Always maintain your conscience and your principles, but never allow yourself to become a victim.

The Tension Is Palpable

As I have said many times before, a fight is coming.  There is no way around it.  But this fight must be fought intelligently, and we must never forget who the REAL enemy is.

If a revolution ensues and Obama loses control, the establishment could simply trigger a Neo-Con or military coup in order to placate the masses and fool Constitutionalists into believing they have been saved.  Useless solutions will be presented to the people, including new leadership composed of more old guard elitists, a disastrous Constitutional Convention, or limited secession (which will never be honored by the establishment anyway).  The purpose of these false solutions will be to fool you into relaxing your vigilance, distracting you from seeking justice against globalist organizations, or, to redirect your energies away from self sufficient communities, counties, and states, ready to dispel aggressive establishment elements.

Beware of those who grasp too readily for leadership over you.  Real leaders stand as teachers, not oligarchs, and rarely do they take on the role without considerable reservations.  Never trust anyone who does not immediately back their promises with tangible action.  And, never forget that we fight not just for the removal of one particular tyrant, but for Constitutional liberty itself.  One must follow the other, or there has been no victory.

Though it is depressingly difficult to see in times like these, there is indeed good in this world.  There are ideals, and aspirations, and visions, and loves worth standing up for, worth fighting for, and worth dying for.  There is still a future worth striving for at the end of the long night.  There are dreams here, in the hearts of men, worth realizing.  We do not necessarily battle for what humanity is, but for what we have the potential to become.  The tides of society may shift and storm, the chaos may become unbearable, and the world may tear apart until it is unrecognizable.   The agents of dominion believe they are the only constant, but there is another.  In time, the dim pale of tyranny will always break in the light of freedom’s resolute.  Get ready, honorable Liberty Movement, our work has just begun.

 

Source : Zero Hedge

Traduction google

États-Unis : avec le soutien de leurs familles, deux adolescents « échangent leurs sexes »

Un couple d’adolescents amoureux a subi il y a deux ans une transformation radicale : un changement de sexe chacun…

Katie, anciennement Luke, a subi l’opération grâce à une donation de $25 000 (18 000 euros) d’un anonyme qui avait lu son histoire dans un journal local à Tulsa, en Oklahoma.Arin Andrews, 17 ans et Katie Hill, 19 ans, sont un couple d’adolescents normal. Enfin, presque, puisqu’il y a deux ans, Arin était une fille prénommée Emerald et Katie un garçon appelé Luke, rapporte The Mirror. Vous suivez ?

Arin, anciennement Emerald, s’est fait opérer à Cleveland, dans l’Ohio, il y a un an. « Je peux maintenant mettre des t-shirts un peu moulants sans manches, je peux aller nager sans avoir honte d’avoir de la poitrine, je peux me balader. Être un mec normal, en somme », explique-t-il au Mirror. « Je détestais mes seins, j’avais toujours l’impression qu’ils ne m’appartenaient pas. Je peux enfin me sentir à l’aise dans mes baskets. »

« Étant transgenre moi-même, je comprends Arin mieux que personne, je sais à quel point il se sent bien », confie Katie.

Un soutien précieux de leur famille

Denise Andrews, la mère d’Arin, explique que toute sa famille a soutenu son fils dans la transformation. Même chose du côté de Katie. Néanmoins, certains de leurs amis n’ont pas été aussi compréhensifs et Arin en a perdu quelques-uns. « J’ai perdu l’une de mes meilleures amies pendant la transition. Nous partions toujours en vacances ensemble, on était comme des sœurs. »

Arin et Katie : "on a (é)changé nos sexes"

Source : Grazia et E&R

La concurrence pour les ressources naturelles sera le déclencheur de la 3ème guerre mondiale

En 2050, selon certains démographes, la population mondiale atteindra 10 milliards de personnes. Compte tenu de la croissance des pays en développement, 2 milliards d’entre elles, soit l’équivalent de l’Afrique, de l’Amérique du Nord et de l’Europe réunies, seront de la classe moyenne. Ce fort développement de la classe moyenne va pousser à la hausse la demande pour les biens de consommation, qui va elle-même renforcer la demande pour les matières premières. Le site Atlantico rapporte que Dambisa Moyo, une économiste zambienne diplômée d’un doctorat de l’université d’Oxford qui a travaillé pour Goldman Sachs et la Banque Mondiale, et a été citée comme l’une des 100 personnes les plus influentes du monde en 2009 par le Time, y voit un déclencheur de la future 3ème guerre mondiale.

Elle explique que la demande sur certaines matières, telles que le plomb, le zinc ou le maïs, est déjà très forte, et que nous ne savons pas encore comment nous pourrons combler nos besoins énergétiques. Selon Moyo, la concurrence pour les matières premières aurait déjà été à l’origine de 18 conflits à travers le monde depuis 1980. Elle envisage les futurs points de friction suivants :

✔ Le pétrole de la zone Arctique. Le réchauffement climatique provoque la fonte de la banquise, ce qui offre de nouvelles possibilités d’extraction des énormes gisements pétroliers qui s’y trouvent, et attise la convoitise des grandes puissances. La Russie, le Canada, les USA et la Chine sont déjà en lice pour exploiter ces gisements.

✔ L’eau issue de la fonte des glaciers himalayens. De même qu’il provoque la fonte de la banquise, le réchauffement climatique provoque la fonte des glaciers qui alimentent les plus grands fleuves du monde. Ces fleuves traversent des pays très densément peuplés, tels que le Bangladesh, l’Inde ou la Chine, et la guerre de l’eau, qui ne concerne pour l’instant que l’Afrique et le Moyen-Orient, pourrait ainsi s’étendre à ces pays.

✔ La volonté de s’approprier des terres arables. Les pays qui ont des liquidités importantes, comme certains pays émergents ou les pays pétroliers, achètent de grandes parcelles de terre en Asie, en Amérique du Sud, mais surtout en Afrique, pour garantir leur approvisionnement en nourriture. Cela risque de poser un problème à terme pour les populations locales qui pourraient souffrir de la faim, ce qui provoquerait des soulèvements.

Selon Moyo, le développement de la technologie, qui permettra de créer de nouveaux débouchés, et des moyens de substitution aux ressources naturelles, permettra peut-être d’éviter que ces surchauffes n’aboutissent à une nouvelle guerre mondiale.

Source : Express

Comment fonctionne XKeyscore, le logiciel espion de la NSA

Surveiller en temps réel les emails, les requêtes sur les moteur de recherche, ou les réseaux sociaux sont autant de fonctionnalités de cet incroyable outil d’espionnage.

Edward Snowden, l'homme qui a révélé l'existence de Xkeyscore. (Tatyana Lokshina/AP/SIPA)

Edward Snowden, l’homme qui a révélé l’existence de Xkeyscore. (Tatyana Lokshina/AP/SIPA)

« XKESCORE ». C’est le journal britannique The Guardian qui a révélé l’existence de XKeyscore, un programme secret d’espionnage des activités des particuliers sur internet. C’est à nouveau le lanceur d’alerte Edward Snowden, devenu célèbre pour avoir diffusé des informations relatives au programme PRISM, autre système d’espionnage à grande échelle, mis en place par l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA).

Un moteur de recherche pour espion

Selon les documents publiés sur le site du journal, XKeyscore permet aux agents qui l’utilisent de surveiller en temps réel les emails, les requêtes sur les moteur de recherche, l’utilisation des réseaux sociaux ou toute autre action effectuée sur internet pour remonter vers une cible.

Pour ce faire, les utilisateurs du programme n’ont pas besoin d’utiliser un « sélecteur » comme l’adresse email de la personne qu’il vise. XKeyscore permet par exemple de remonter jusqu’à elle à partir d’une simple recherche effectuée sur internet exactement comme un internaute le ferait avec un moteur de recherche.

« Les analystes peuvent également effectuer une recherche par nom, numéro de téléphone, l’adresse IP, mots-clés, la langue dans laquelle l’activité internet a été effectuée ou le type de navigateur utilisé » décrypte le journaliste Glenn Greenwald dans le Guardian. Le système XKeyscore repose sur un réseau de quelque 500 serveurs disséminés dans le monde, y compris en Russie, en Chine ou au Venezuela.

Afflux massif de données

Conséquence de cette collecte à grande échelle : un afflux massif de données qui empêche un archivage des informations à long terme. À priori, la NSA stocke pendant trois à cinq jours les données mais cette période de conservation peut être prolongée si les informations sont jugées importantes.

Comme avec l’affaire Prism, cette nouvelle révélation mets sur le devant de la scène ce qu’on appelle désormais les « Big data ». Autrement dit l’accumulation par milliards de milliards de données de toutes sortes – et notamment celles concernant les individus, par des acteurs multiples : gouvernements, entreprises telles Google, Facebook, Twitter etc., sites de ventes en ligne, institutions diverses. Sciences et Avenir a consacré un dossier sur ce sujet avec notamment une interview de Viktor Mayer-Schönberger de l’université d’Oxford.

Source : Nouvel Obs

Edward Snowden, futur expert de la vie privée pour un réseau social russe ?

Le réseau social russe Vkontakte a publiquement fait une proposition d’emploi à Edward Snowden, l’ancien analyste de la NSA qui a notamment révélé les programmes PRISM et XKEYSCORE. Le fondateur du site, Pavel Durov, souhaite le faire travailler dans le domaine de la sécurité, afin de renforcer la vie privée des membres de Vkontakte. Si Edward Snowden accepte, ce serait une sacrée trajectoire professionnelle.

C’est une proposition d’emploi qui pourrait bien être un sacré pied de nez à la politique américaine en matière de renseignement, si l’intéressé l’accepte. En effet, Pavel Durov a proposé à Edward Snowden, l’ancien analyste de la NSA, de travailler pour le compte du réseau social Vkontakte, très populaire en Russie. Son rôle, s’il accepte ? Améliorer la vie privée des membres du site.

La proposition de l’homme d’affaires russe survient dans un contexte particulier. La Russie a en effet accordé à Edward Snowden un asile temporaire d’un an. La nouvelle a évidemment exaspéré les États-Unis, qui se sont déclarés « extrêmement déçus » de voir sortir libre de l’aéroport moscovite celui qui a révélé publiquement l’existence des programmes de surveillance employés par la NSA.

Edward Snowden n’a pas encore indiqué s’il comptait étudier sérieusement la proposition de Pavel Durov, qui a été évoquée par le New York Times. Et même si elle n’aboutit pas, l’offre de Pavel Durov est en tout cas une façon pour lui de médiatiser Vkontakte en Occident (l’interface du réseau social supporte l’anglais et le français, mais la visibilité du site est insignifiante face à Facebook, très présent en Europe et en Amérique).

« Nous invitons Edward à Saint-Pétersbourg (la ville où se trouve le siège social de Vkontakte, ndlr) et nous serions ravis s’il décidait de rejoindre notre équipe de programmeurs stars à Vkontakte. […] Je pense qu’Edward pourrait être intéressé d’agir en faveur de la protection des données personnelles de nos millions d’utilisateurs« , écrit Pavel Durov sur sa page personnelle.

 

Source : Numérama

Discours symbolique de Edward Snowden à l’aeroport de Moscou le vendredi 12 juillet

«Bonjour,

Je m’appelle Edward Snowden. Il y a un peu plus d’un mois, j’avais une famille, une maison au paradis et je vivais dans un très grand confort. J’avais aussi la capacité, sans aucun mandat, de chercher, de saisir et de lire toutes vos communications. Celles de n’importe qui, n’importe quand. J’avais le pouvoir de changer le sort des personnes.

C’était aussi une grave violation de la loi. Les 4e et 5e amendements de la Constitution de mon pays, l’article 12 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi que de nombreux accords et traités interdisent un tel système de surveillance massive et omniprésente. Mais bien que la Constitution Américaine qualifie ces programmes d’illégaux, mon gouvernement explique qu’un jugement d’un tribunal secret, que personne ne peut voir, a légitimé ces pratiques illégales. Ce jugement corrompt purement et simplement la notion fondamentale de Justice, notion selon laquelle pour réellement exister la Justice doit être appliquée dans les faits. L’immoral ne peut être rendu moral par une loi secrète.

Je crois au principe établi à Nuremberg en 1945 : « Les individus ont un devoir international qui transcende les obligations nationales d’obéissance. Il en découle que les citoyens ont le devoir de violer leurs lois domestiques pour empêcher que des crimes contre la Paix et contre l’Humanité ne puissent être perpétrés ».

Par conséquent, j’ai fait ce que j’ai cru bon. J’ai lancé une campagne contre ces mauvaises pratiques. Je n’ai pas cherché à m’enrichir. Je n’ai pas cherché à vendre des secrets américains. Je n’ai passé aucun accord avec un gouvernement étranger pour garantir ma sécurité. À la place, j’ai rendu public ce que je savais, pour que ce qui nous touche tous puisse être débattu par nous tous, à la lumière du jour. J’ai voulu un monde de Justice.

Cette décision morale de parler au grand public de ces pratiques d’espionnage m’a coûté très cher, mais c’était la chose à faire et je ne regrette rien.

Depuis, le gouvernement américain et ses services de renseignements ont essayé de faire de moi un exemple, un avertissement pour tous ceux qui seraient tentés de parler à leur tour. J’ai été rendu apatride et traqué pour m’être exprimé politiquement. Les États-Unis d’Amérique m’ont mis sur la liste des personnes interdites de vol aérien. Ils ont demandé à Hong-Kong de m’extrader, en dehors du cadre juridique qui s’applique dans ce pays, et en totale violation du principe de non-refoulement des Nations-Unis. Ils ont menacé de sanctions des pays qui étaient prêts à défendre mes droits et le système d’asile reconnu par l’ONU. Ils ont même franchi une étape, sans précédente, en donnant l’ordre à une puissance militaire alliée de forcer l’avion d’un Président d’Amérique Latine à atterrir pour y chercher un réfugié politique. Cette escalade dangereuse n’est pas qu’une menace contre la dignité de l’Amérique Latine, c’est une menace contre le droit fondamental, partagé par toutes les personnes et par toutes les nations, de vivre sans être persécuté, de pouvoir demander un asile et d’en bénéficier.

Malgré tout, devant cette agression historique et disproportionnée, un peu partout dans le monde, des pays m’ont proposé soutien et asile. Ces nations, parmi lesquelles la Russie, le Venezuela, la Bolivie, le Nicaragua et l’Équateur, ont toute ma gratitude et mon respect pour avoir été les premières à se lever contre ces violations des Droits de l’Homme perpétrées par des puissants, et non par des faibles. En refusant d’abandonner leurs principes devant les intimidations, ils ont gagné le respect du monde. J’ai l’intention de voyager dans chacun de ces pays pour exprimer mes remerciements personnels à leurs peuples et à leurs dirigeants.

J’annonce aujourd’hui que j’accepte officiellement toutes les offres de soutien et d’asile qui m’ont été faites, et toutes celles qui pourront m’être faites dans le futur. Avec, par exemple, la proposition du Président du Venezuela, M. Maduro, mon statut de réfugié est désormais officiel. Aucun état n’a donc le droit ni de limiter ni d’interférer avec mon droit de bénéficier de cet asile. Mais comme nous l’avons vu, certains gouvernements d’Europe Occidentale et d’Amérique du Nord ont démontré leur volonté d’agir en dehors des lois. Ce comportement persiste aujourd’hui et ces menaces illégales me rendent impossible tout voyage vers l’Amérique Latine pour bénéficier de l’asile politique qui m’y a été accordé dans le respect de nos droits universels.

Cette volonté d’états puissants d’agir hors des lois représente une menace pour nous tous, elle ne doit pas être couronnée de succès. Par conséquent, je demande votre assistance (N.D.L.R. : Aux associations) pour me garantir un chemin sûr par les pays concernés en sécurisant mon voyage vers l’Amérique Latine. Je demande également l’asile à la Russie jusqu’à ce que ces états respectent la loi et que mon voyage, légal, soit permis. Je vais soumettre ma requête à la Russie aujourd’hui en espérant qu’elle soit accueillie favorablement.

Si vous avez des questions, j’y répondrai autant que je le peux.

Merci. »

Démographie : âges médians des populations

Intéressons-nous aujourd’hui aux âges médians des populations, à savoir l’âge qui sépare les populations en 2 moitiés égales, la moitié de la population ayant plus et la moitié ayant moins que cette âge. C’est un indicateur moins biaisé que l’âge moyen.

Voici la situation des continents :

ages medians

On note la forte accélération du vieillissement de la Planète.

Au niveau des grands pays :

ages medians

Le vieillissement de la Chine, porté par la politique du “1 enfant par famille” est spectaculaire, suivi par celui de l’Allemagne.

Au niveau de l’Europe :

ages medians

ages medians

Avec 44,3 ans, l’Allemagne est ainsi le pays le plus vieux d’Europe – l’écart avec les 40, 1 ans de la France est en fait gigantesque.

L’Espagne et l’Italie ont particulièrement vieilli au cours du demi-siècle passé, l’Irlande restant la plus jeune.

 

Source : Les Crises

Pour Barack Obama, l’Europe est un partenaire commercial et rien de plus

Le récent G8 et la visite de Barack Obama à Berlin ont souligné les divisions au sein de l’Europe, qu’elle doit gommer pour exister politiquement face aux Etats-Unis, juge notre contributeur Fabien Cazenave.

"Pour Barack Obama, l'Europe est un partenaire commercial et rien de plus"

Pour notre contributeur Fabien Cazenave, « il n’a jamais été question pour Barack Obama de traiter l’Europe comme un allié en tant que tel ».

REUTERS/Yves Herman

Le président des Etats-Unis a fait escale en Europe à l’occasion du G8 en Irlande du Nord et des 50 ans du discours de John Fitzerald Kennedy à Berlin. Barack Obama a à cette occasion discuté du futur grand accord commercial entre l’Europe et les USA. Cette visite sur notre continent est symbolique de la perception qu’a Obama de l’Europe: un territoire où commercer mais rien de plus. 

L’Europe: un continent où commercer

Barack Obama est tourné vers l’Asie. Ses premiers voyages sont pour ce continent, la Chine en tête. Si les Etats européens peuvent avoir un intérêt pour servir d’intermédiaire dans le cadre de négociations diplomatiques, ils ne sont considérés « que » comme des « Alliés ».

Au G8, Barack Obama a tenu une conférence de presse avec les représentants européens pour parler du grand accord commercial qui va être prochainement discuté. Lors de celle-ci, personne n’a parlé de la question de l’exception culturelle, ceci étant un sujet mineur et très franco-européen.

Pour le président américain, « ce partenariat transatlantique sera une priorité de [son] administration. […] Il augmentera les exportations, réduira les obstacles au commerce et à l’investissement. Dans le cadre plus large de la stratégie de croissance entre nos deux économies, il créera des centaines de milliers d’emplois des deux côtés de l’océan » explique-t-il.

Il ne s’agit donc nullement comme il était question pour la création en 1957 de la CEE(Communauté économique européenne) de la création d’une union autant fondée sur le commerce que sur des valeurs communes.

De même dans son discours à Berlin, il n’a jamais été question pour Barack Obama de traiter l’Europe comme un allié en tant que tel. Par exemple sur la question du désarmement nucléaire massif. Symboliquement, c’est en Europe, dans l’ancienne capitale divisée entre Ouest et Est qu’il souhaite tourner définitivement la page de la Guerre Froide. Mais c’est la Russie qu’il a appelé à approuver cette réduction. L’Union européenne n’existe pas en la matière alors que c’est des conséquences potentielles d’une guerre dévastatrice sur son sol dont on parle ici.

L’Europe trop divisée pour être un interlocuteur

En fait, cette approche américaine est logique. Au G8, Barack Obama a eu pour interlocuteur François HollandeAngela MerkelJosé Manuel Barroso et Herman Van Rompuy. Cela fait beaucoup pour un continent alors que la Chine ou la Russie n’envoie qu’un seul représentant.

La multiplication des interlocuteurs avait inspiré la fameuse phrase de Kissinger, « l’Europe quel numéro de téléphone? ». Parce que nous avons une vision nationale de la diplomatie, nous ne nous rendons plus compte de ce que nous imposons comme étiquette lourde et surranée à respecter pour nos partenaires.

Nous estimons normal que chacun de nos pays soit traité avec déférence. Dans la présentation du voyage d’Obama, la Maison Blanche présente Angela Merkel comme un « de nos principaux partenaires ». Au G8, le président américain est contraint dans son discours de remercier autant Barroso, Van Rompuy et Cameron présents à la conférence de presse que le « Président Hollande, la Chancelière Merkel, le Premier Ministre Letta et le Taoiseach Kenny », ainsi que « tous les autres membres de l’Union européenne« . Cela fait beaucoup de courbettes diplomatiques pour un seul interlocuteur, « l’Europe ».

Au final, certains dénoncent avec raison que « l’Europe perd de plus en plus rapidement de son influence et de son intérêt sur la scène internationale ». La visite de Barrack Obama en est le symbole: il parle d’Europe de manière générique mais doit citer tous ses interlocuteurs en particulier pour ne froisser personne…

L’Europe devient une nouvelle ligue hanséatique: unecommunauté de marchands, imposant dans sa globalité mais divisée et incapable de se comporter en acteur majeur du point de vue international.

Source : L’express