Le défi d’Edward Snowden à Barack Obama

Video de 9 minutes, interview au Guardian, chat avec le Washington Post…  Avant de disparaitre de son hôtel à Hong Kong, Edward Snowden a laissé un testament complet dont toutes les façettes n’ont pas encore été étudiées (à l’université du Maryland, par exemple, on se demande quelle est cette « installation secrète » où Snowden a dit avoir commencé à travaillé comme employé à la sécurité).
Les chaines ont retrouvé les parents de Snowden. Sa mère est employée dans les technologies de l’information au tribunal de Baltimore. Son père n’a pas voulu être filmé. Les media répètent que le jeune espion n’a pas eu son diplôme de fin de lycée, et que son parcours est plutôt contradictoire avec l’accès privilégié dont il bénéficiait. Mais il semble être l’un de ces geeks dont l’appareil de sécurité nationale a fait une grande consommation après les attentats du 11 septembre 2001.
S’il n’a pas de diplôme, Edward Snowden s’exprime en tout cas avec des accents politiques et philosophiques montrant qu’il a réfléchi à ce qu’il fait. Parfois, il énonce des vérités stupéfiantes: « Vous pourriez fermer l’entier programme de surveillance (de la NSA) en un après-midi ». Parfois, il est d’une simplicité attendrissante.
– « I’m just another guy« , dit-il. Un type normal qui veut que « le public décide » dans quelle société il veut vivre. Et non le gouvernement.
Sa grande peur, dit-il : que « rien ne change ».

    Le geste de Edward Snowden est un véritable défi à Barack Obama. Il n’a pas voté pour le candidat démocrate en 2008. Il était plutôt favorable pour Ron Paul, comme tous les jeunes libertariens, mais il a soutenu Obama après son élection. Il a été déçu que le président n’ait pas résisté au complexe militaro-sécuritaire.
De mémoire d’analyste, personne n’avait jamais revendiqué une fuite de cette manière, et jamais dans un geste aussi radical que de passer à l’étranger. C’est cette « trahison » qui donne à l’affaire une dimension nouvelle. Non seulement, Ed Snowden a livré à la planète la preuve que les grandes oreilles (d’Obama) sont en mesure d’écouter toutes ses conversations électroniques. Mais il a quitté le pays. Et il s’est rapproché de la Chine, comme s’il était prêt à basculer.

Le républicain Peter King le considère déjà comme un « transfuge« . La majorité de la classe politique a appelé le gouvernement à le poursuivre avec la plus grande sévérité et à demander immédiatement son extradition.
– « Les efforts pour en faire un héros vont tourner court, a proclamé Jeremy Bash, l’aide de Leon Panetta (un démocrate) qui a rédigé les amendements qui ont légalisé ces programmes. Un type qui fait ses révélations puis court vers la frontière n’est pas un whistleblower« .
Seuls les républicains libertariens et la gauche progressiste veulent un débat.

Edward Snowden a dévoilé deux programmes:
– L’un basé sur l’article 215 du Patriot Act autorise la surveillance massive des numéros de téléphone des Américains. Comme l’a répété Barack Obama, les conversations ne sont pas écoutées. Les Américains peuvent être rassurés.

– L’autre (PRISM), basé sur l’article 720 autorise les écoutes électroniques, l’espionnage des messages FaceBook, des videos etc..  Mais dans ce cas, seuls les étrangers sont visés. La loi a été reconduite en décembre. « Aucun Américain n’est ciblé« , affirment les défenseurs du programme.

Pour les Américains, cette discrimination est normale. Comme dans les frappes de drones, la Constitution ne s’indigne que quand des Américains sont visés.
Vu du reste du monde, c’est une logique moins évidente…
Du fait des révélations de Snowden, le reste du monde a la démonstration des double-standards américains. On peut espionner des milliards de personnes sans mandat judiciaire, mais pas les Américains.
Après l’invasion de l’Irak, il avait fallu l’élection de Barack Obama pour que les Etats-Unis retrouvent une certaine aura dans le monde. Les révélations d’Edward Snowden risquent de compromettre le soft-power que le président américain avait entrepris de restaurer.

    Snowden s’est mis à l’abri en laissant une question : quels « biscuits » ‘a-t-il conservés ? Sur CNN, Glenn Greenwald, le journaliste du Guardian, a indiqué qu’il savait où se trouve le jeune homme. Et oui, a-t-il confirmé, « nous avons encore des révélations ».
– « We do have big stories coming »

La mise en scène du coming out du jeune espion a été bien préparée. Video, chat.. Chambre d’hotel près de l’antenne CIA de Hong Kong: tous les éléments d’un roman d’espionnage sont réunis. Quand il allume son ordinateur, Snowden cache l’écran d’une cagoule: s’il y a une caméra dans la chambre, personne ne pourra lire les mots de passe.
Dans un article qui explique les dessous de son scoop, Barton Gellman du Washington indique que Snowden avait mis ses conditions pour la publication de la présentation PowerPoint sur le programme « PRISM » qui autorise l’accès du FBI sur Google, FaceBook et autres réseaux sociaux. Il voulait que les informations soient publiées dans les deux jours et dans leur intégralité.
Le Washington Post ayant soumis son scoop au gouvernement pour avis (procédure que suivent les medias américains lorsqu’ils ont des informations confidentielles sur la sécurité nationale), et n’ayant publié que quatre des 41 diapositives, Snowden s’est adressé au Guardian. Il aura fallu un quotidien anglais pour forcer le mouvement aux Etats-Unis.
Contrairement aux rumeurs, le Guardian ne paie pas la chambre d’hôtel duwhistleblower, affirme Glenn Greenwald.

Edward Snowden pourrait-il avoir des éléments sur Barack Obama ? Dans l’interview au Guardian, il assure qu’il était habilité à tout voir pour peu qu’il dispose d’une adresse email privée. « Moi, assis à mon bureau, avais assurément l’autorité pour surveiller quiconque: depuis vous ou votre comptable, jusqu’à un juge fédéral ou même au président, si j’avais un e-mail personnel ».
On dirait une réponse à Barack Obama. Curieusement, le président a fait mention de sa situation privée en défendant la NSA, le 7 juin, en Californie. Il a expliqué qu’il redeviendrait un citoyen ordinaire dans trois ans et demi.
– « Et je pressens que, sur une liste de gens dont quelqu’un voudrait lire les emails ou écouter les appels téléphoniques, je serais probablement assez haut sur la liste, a-t-il expliqué. Ce n’est pas comme si je n’avais aucun intérêt à ce que le respect de ma vie privée soit protégé ».

La Maison Blanche s’est gardée de commenter, au-delà du classique « une enquête est en cours ». Barack Obama a préféré esquiver, dans l’attente probablement d’une évaluation des dégats causés par les fuites.  Le défi pour lui est maintenant de trouver une réponse au geste d’Edward Snowden. Il ne peut pas laisser passer, mais il ne peut pas risquer de pousser le jeune whistleblower dans les bras des Chinois. Qui pourraient le considérer comme un dissident.  La suite de l’histoire est probablement dans les mains du camarade Xi…

Source : Le Monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s